Ottawa durcit les règles de drones

478

Le gouvernement fédéral a adopté une nouvelle réglementation pour mieux encadrer l’utilisation de drones dans l’espace aérien du pays.

Il sera interdit de les faire voler près d’aéroports et de lieux d’intervention des services d’urgence. Ottawa souhaite également s’assurer que les opérateurs de drones ne soient pas sous l’influence de drogue ou d’alcool.

Les nouvelles règles exigent, entre autres, que les drones soient enregistrés et immatriculés et que les opérateurs soient certifiés. Un examen en ligne sera obligatoire.

Le nouveau cadre détermine également qui peut faire voler des drones, les endroits où ceux-ci peuvent circuler et ce qu’ils peuvent transporter. Ils ne pourront pas transporter d’organismes vivants et leurs opérateurs devront disposer d’un permis spécial pour transporter des objets tels que des explosifs, des armes ou des munitions.

Les changements doivent entrer en vigueur le 1er juin et s’appliqueront à tous les appareils pesant de 250 grammes à 25 kilos. Pour les drones plus lourds, une dérogation spéciale sera nécessaire.

Les contrevenants seront passibles d’amendes pouvant atteindre 25 000 $ et d’une peine de prison. Les inspecteurs de Transports Canada, la Gendarmerie royale du Canada et les autorités locales collaboreront pour faire respecter les nouvelles règles.

L’annonce du ministre des Transports Marc Garneau survient après que la présence de drones près de l’aéroport de Gatwick, en banlieue de Londres, ait provoqué une interruption majeure des vols avant Noël. Des centaines de vols avaient été annulés en raison du risque de collision entre les avions et des drones, forçant plus de 100 000 passagers à revoir leurs plans de déplacements ou à prendre leur mal en patience. Mardi, la présence d’un drone à proximité de l’aéroport d’Heathrow a provoqué une perturbation des vols pendant environ une heure.

L’automne dernier, un drone est entré en collision avec un petit avion à l’aéroport Jean-Lesage, à Québec, sans faire de blessés. Une enquête a déterminé que le drone volait de manière illégale. Le Bureau de la sécurité des transports n’a pas été en mesure de retrouver le propriétaire de l’appareil.

Dans un communiqué publié par le ministère fédéral des Transports peu de temps après l’incident, on précisait que 1596 incidents liés aux drones avaient été recensés depuis le début de l’année 2017. Parmi ces cas, 131 ont été jugés préoccupants pour la sécurité aérienne.

Le gouvernement libéral avait mis en place des règles provisoires, en 2017, pour gérer l’utilisation de drones en attendant la publication des normes finales.

Il faudra être âgé d’au moins 14 ans pour utiliser un drone au Canada, en plus d’être citoyen ou résident permanent. Des entreprises et des gouvernements de tous les paliers peuvent aussi posséder des drones.

Autre règle canadienne : le pilote du drone, sauf exception accordée par un permis spécial, devra conserver en tout temps l’engin dans son champ visuel.

Il sera également interdit de faire voler un drone si les conditions météo ne le permettent pas ou encore d’en utiliser la nuit si l’appareil n’est pas muni de lumières spéciales.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here