Taxe touristique controversée à Venise

725
© Uwe Gerig

Le maire de Venise, Luigi Brugnaro, a annoncé lundi la mise en place d’une taxe touristique de 3€, dès le 1er mai 2019. Le coût de la taxe atteindra 10€ au cours des trois prochaines années. De plus, une réservation sera requise pour entrer la ville. Les contrevenants aux nouveaux règlements risquent de se faire coller une amende allant jusqu’à 450€.

Aussitôt annoncées, le ministre du tourisme italien, Gian Marco Centinaio, s’est prononcé sur les nouvelles mesures qu’il juge d’«inutiles et nuisibles.»

«Souhaitons-nous devenir un pays qui repousse les touristes?» Demande-il sur Twitter, ajoutant qu’il y a de quoi «fondre en larmes.»

La taxe, déjà approuvée par le conseil municipal de Venise, a pour but de faire contribuer les millions de visiteurs annuels au maintien de la Ville.

«Nous souhaitons améliorer la qualité de vie des résidents» dit Brugnaro.  «Nous aimerions pouvoir gérer le débit des touristes grâce au système de réservation obligatoire d’ici 2022; nous ne visons pas les profits.»

Le prix à payer en saison basse sera de 3€, 8€ en saison haute et 10€ lors de périodes critiques lorsque le nombre de visiteurs atteint un niveau excessif.

Les Vénitiens, les Italiens qui transitent et les enfants de moins de 6 ans seront exemptés de la taxe.

La taxe s’appliquera aux touristes qui arrivent par navire de croisière, en bateau-taxi, par avion ou par train. Le coût sera ajouté au prix du billet, bien que la logistique ne soit pas encore finalisée.