Vacancière laissée pour morte à Punta Cana : le Majestic nous donne sa version des faits

1375

La semaine dernière, l’Américaine Tammy Lawrence-Daley dévoilait aux médias son histoire d’horreur vécue lors de ses vacances dans un tout-inclus cinq étoiles en République dominicaine. Un inconnu aurait agressé sauvagement la femme avant de l’abandonner, la laissant pour morte dans un vide sanitaire. Des photos choquantes de ses blessures lors de son séjour à l’hôpital avaient d’ailleurs été publiées.

Aujourd’hui, l’hôtel Majestic Elegance nous informe de nouveaux détails concernant l’affaire, se défendant qu’à partir du moment où la disparition de la vacancière a été signalée, l’établissement avait appliqué avec rigueur le protocole de sécurité prévu en cas d’incidents criminels.

Aucune négligence du côté du Majestic, prétend la chaîne

Selon le communiqué, la victime aurait été interceptée par un inconnu peu après 23h, mais M. Christopher Daley a signalé sa disparition à 2h30. À partir de ce moment, en quelques minutes, une opération de recherche a débuté avec sérieux. La dame a été retrouvée à 6h40 alors que les autorités ont immédiatement été averties, supposant que l’hôtel a la responsabilité de fournir toutes les attentions nécessaires pour aider la victime. L’établissement ajoute que toutes ses actions dans l’affaire sont documentées.

« Vers 6h40, un employé a trouvé Tammy Lawrence dans une zone restreinte de l’hôtel et a appelé une ambulance afin qu’elle soit transportée à l’hôpital sur-le-champ », peut-on lire dans une déclaration de Majestic. « La dame avait des bleus sur son visage et un petit doigt cassé. Or, elle n’avait pas de rayures ou d’autres signes de violence sur le corps, ayant toujours sur elle son portefeuille et son téléphone portable. Rapidement, la police locale fut présente sur place. »

Un personnel de l’hôtel serait même demeuré presque tout le temps à l’hôpital afin de fournir une assistance et s’assurer que tout se déroulait bien dans les circonstances. Majestic Resorts a payé toutes les dépenses de l’hôpital et a offert à Mme Lawrence, son mari et ses compagnons de voyage, une prolongation de courtoisie de son séjour à l’hôtel pour le temps nécessaire à sa récupération et l’organisation de son départ du pays.

« À son retour à l’hôtel, poursuit-on, nous lui avons préparé des repas spéciaux, car elle avait du mal à manger des aliments solides. » Il explique qu’un délégué de l’ambassade des États-Unis a rendu visite à Mme Lawrence Daley pendant son séjour à l’hôpital, mais qu’elle a refusé de déposer un acte d’accusation en justice malgré les recommandations des autorités locales.

Un scénario qui cloche ?

Majestic déclare que Mme Lawrence a formellement exigé un accord d’indemnisation de 2,2 millions de dollars. Après n’avoir reçu aucune réponse positive de la part de l’établissement, elle a alors décidé de divulguer sa version de l’affaire, 4 mois après son arrivée.

Il faut préciser que Lawrence-Daley est une professionnelle de l’assurance aux États-Unis et qu’elle a occupé des postes de direction dans ce secteur, selon son curriculum vitae publié sur Internet. https://www.linkedin.com/in/tammy-lawrence-daley.

Après enquête, les autorités comprennent que le scénario dans cette affaire étrange et inhabituel demeure encore incertain. En effet, à l’hôpital, à l’hôtel et lors de conversations avec la police et les procureurs, il y aurait présence de contradictions et de données déroutantes, qui font douter les autorités du témoignage de Lawrence-Daley, laissant croire qu’il pourrait s’agir d’une arnaque. Plusieurs questions demeurent en suspens.

Par ailleurs, l’établissement se plaint du fait que certains médias ont rapporté l’histoire comme vraie et définitive, au lieu d’attendre une résolution finale de l’affaire. Continuant de coopérer avec les autorités, elle explique que, pour l’instant, ceci affecte non seulement les stations Majestic, mais aussi le tourisme pour l’ensemble de la République dominicaine.