Les sargasses, c’est de l’histoire ancienne à Cancun

3444

Vous étiez tous au courant, Cancun a fait face à un problème d’algues sargasses infestant ses plages et causant ainsi le ralentissement des visiteurs cette année, mais en ce qui concerne les stations balnéaires et les hôtels qui étaient visés, c’est maintenant « de l’histoire ancienne » rapporte TravelWeekly.

Roberto Cintron, président de l’association hôtelière de Cancun, a déclaré, lors de la tenue du 32e Cancun Travel Mart la semaine dernière qu’avec l’absence des algues sargasses sur les côtes de la région, les hôtels sont en train de récupérer.

À lire aussi :
Cancun : le plus important projet de construction d’hôtel en 30 ans
Retour de Cuba où nous avons visité neuf hôtels, en voici le survol
Montréal s’enflamme à la soirée High Fidelity des hôtels du groupe AIC

« Nous avons eu très peur en septembre ; nous n’avions pas rencontré un taux d’occupation aussi bas depuis de nombreuses années, a déclaré Cintron, les locaux et vacanciers internationaux ayant plutôt choisi de se diriger vers les plages de l’ouest du pays, à Puerto Vallarta et Mazatlan. Le taux d’occupation était tout de même de 60%, mais maintenant, nous sommes de retour en force avec 70% d’occupation ce mois-ci, et novembre s’annonce très bien. En fait, c’est beaucoup mieux que ce à quoi on s’attendait. »

Cela représente sans aucun doute un soulagement pour les hôteliers, qui auront ouvert un total de 6 000 nouvelles chambres dans la région d’ici la fin de l’année. Selon Cintron, un total de 17 000 sont prévues à long terme, principalement dans la partie nord de l’île.

L’importance de partager les bonnes nouvelles

Dario Flota, directeur du tourisme pour l’État de Quintana Roo, a déclaré qu’il a travaillé en étroite collaboration avec les médias et avec les agents pour faire passer le mot.

« Nous avons commencé à demander à l’industrie de partager avec nous leurs bonnes nouvelles : ouvertures, prix, nouveaux chefs, festivals. Il s’agit heureusement d’une industrie hautement collaborative » a-t-il dit.

Avec la dissolution cette année de l’Office du tourisme du Mexique, les entités promotionnelles régionales du pays continuent de chercher des occasions de collaborer.

« L’absence d’un office national du tourisme a forcé les destinations à chercher de nouvelles alliances afin de promouvoir leur région et leurs produits », a déclaré Flota.

« Il nous manque l’Office du tourisme du Mexique à bien des égards — pour les campagnes internationales, pour la représentation internationale, et établir une bonne communication avec chaque pays afin d’en identifier les principaux acteurs, les compagnies aériennes, les médias concernés… »