Les voyageurs souhaitent réduire l’impact écologique de leurs voyages

676

(Journal Métro) Plus de la moitié des voyageurs dans le monde (54%) voudront participer à la réduction du tourisme de masse en 2020 tandis que 51% accepteront de préférer une destination moins connue pour réduire l’impact de leur déplacement sur l’environnement. D’après l’étude annuelle de Booking.com, dédiée à dégager les tendances de voyages de l’année prochaine, la conscience écologique guidera le choix des vacances.

Alors que 2019 a été marqué par un débat autour de «la honte de prendre l’avion» pour partir en vacances, 2020 sera l’occasion pour les voyageurs de participer à préserver la planète sans renier leurs envies d’évasion.

À lire aussi :
Du tourisme écologique? C’est ce que propose le nouveau Village Club Med Québec
Le premier nettoyage communautaire d’un rivage canadien de 4ocean commandité par Air Canada
La France impose une écotaxe sur les billets d’avion

54% des Français sont prêts à choisir une destination dite secondaire, c’est-à-dire non assujettie au tourisme de masse, pour réduire l’empreinte carbone de leur déplacement. Les Indiens sont les plus nombreux de cet échantillon comptant 29 nationalités à se positionner sur cette question (66%), avec les Colombiens (65%) et les Thaïlandais (65%).

Et si les touristes avaient accès à une appli mobile qui leur indiquait les destinations pouvant tirer bénéfice d’une hausse du tourisme? 60% des répondants approuvent l’idée. Pour alléger l’impact environnemental d’un déplacement, la solution consiste aussi à préférer le train. Près de la moitié des répondants rallongeront donc leur trajet (48%). (Lire l’article)