Boeing 777X : et maintenant, le fuselage

772

(Air-Journal) L’incident survenu à un Boeing 777X durant un essai de stress au sol de était plus important que prévu, le fuselage ayant rompu lors de la décompression explosive qui avait arraché une porte. L’EASA envisagerait une certification séparée du prochain Boeing.

Une photo publiée le 27 novembre 2019 par le Seattle Times montre les dégâts importants subis par le fuselage du 777-9 qui subissait le 5 septembre dernier un essai de stress. Selon le quotidien américain, l’essai de flexion des ailes (dépassant les conditions normales d’utilisation pour prouver la fiabilité des avions) « arrivait à 1% de son maximum » quand la décompression explosive est survenue. Le fuselage a été rompu juste derrière les ailes, et la chute d’une porte initialement rapportée par Boeing n’aurait été qu’une conséquence secondaire des dégâts.

À lire aussi :
Boeing : des problèmes lors des tests du futur long-courrier 777X

Le Seattle Times évoque un « complete write off » (avion irréparable), tout en soulignant qu’un nouveau test de stress ne devrait pas être nécessaire puisque l’explosion s’est produite au quasi-maximum exigé par la FAA (3 secondes à 1,5 fois la torsion envisageable en conditions normales) ; les régulateurs « devraient demander simplement une analyse prouvant qu’il est simplement nécessaire de renforcer la zone impactée ». Sans précision sur le temps que prendra cette analyse et la présentation de la solution, que certaines sources estiment à six mois au moins. (Lire l’article)