Comment la peur du coronavirus est gérée sur les bateaux de croisière

705

(Nouvelle Calédonie) Alors que les bateaux de croisière se succèdent à Nouméa, la société Carnival Australia, dont un paquebot est de passage ce mardi, détaille le dispositif mis en œuvre pour prévenir la propagation du coronavirus chinois par voie de mer. Virus qui a tué au moins 106 personnes.

Les autorités chinoises l’ont annoncé ce mardi, le nombre de victimes du coronavirus se monte désormais à 106 morts et l’épidémie prend une telle ampleur que la rentrée scolaire après les vacances du Nouvel an lunaire est reportée sine die. Un virus dont la présence a été également confirmée au Japon, en Malaisie, à Singapour, en Corée du Sud, au Vietnam, au Cambodge, au Canada, au Népal, au Sri Lanka, en Allemagne, en France, aux Etats-Unis ou encore en Australie, qui recense cinq cas.

À lire aussi :
Coronavirus : le secteur du tourisme mondial craint une « panique »

La croisière continue

L’inquiétude mondiale face à cette propagation n’empêche pas les touristes de voyager à travers le Pacifique. Alors que les paquebots se succèdent à Nouméa, Carnival Australia se veut rassurante. «Bien que les risques pour nos clients et nos équipages soient très faibles, nous suivons de près la situation du coronavirus chinois, détaille l’entreprise dans un communiqué. Nos experts médicaux travaillent en étroite collaboration avec l’agence sanitaire australienne et le ministère australien de la Santé.» (Lire l’article)