ACTA commence à voir les résultats positifs d’une vaste campagne de lobbying

457

L’ACTA a fait beaucoup de lobbying auprès du gouvernement fédéral, des gouvernements provinciaux et, à l’échelle mondiale, auprès des intervenants au nom des agences de voyages, des employés d’agences de voyages et des conseillers en voyages indépendants.

Nos recommandations portent sur l’accès pour les entreprises à des prêts à taux d’intérêt nul ou faible, un allègement des charges sociales, l’adoption immédiate de mesures spéciales dans le cadre du programme de travail partagé et l’aide d’urgence aux travailleurs autonomes (puisque les conseillers indépendants représentent jusqu’à 35 % des conseillers en voyages) qui ne sont normalement pas admissibles à l’assurance-emploi.

Nous sommes ravis que le gouvernement ait approuvé les mesures suivantes jusqu’à présent, mais nous continuerons de faire pression pour en faire plus et pour faire en sorte que les agences de voyages et les conseillers en voyages soient reconnus comme étant un secteur important qui a été gravement touché par les mesures de la COVID-19 », a déclaré Wendy Paradis, présidente, ACTA.:

Pour les entreprises :

  • Une somme de 10 milliards de dollars est mise à la disposition des entreprises canadiennes en guise de solution aux problèmes de financement et d’assurance-crédit en vertu du Programme de crédit aux entreprises. Il est important de préciser qu’on a étendu aux autres institutions financières, dont le nom apparaît sur le site Web du gouvernement, le financement accessible par l’entremise du Programme de crédit aux entreprises de la Banque de développement du Canada : https://www.canada.ca/fr/ministere-finances/programmes/politique-secteur-financier/programme-credit-entreprises.html
  • L’ARC reporte le paiement des impôts jusqu’au 31 août 2020 pour aider les entreprises aux prises avec un problème de liquidités;
  • Allègement immédiat aux petites entreprises sous forme d’une subvention salariale équivalant à 10 % au cours des prochains 90 jours, jusqu’à un maximum de 1 375 $ par employé et 25 000 $ par employeur;
  • Dans le cadre du Programme de travail partagé, on a adopté des mesures spéciales temporaires pour venir en aide aux employeurs, par exemple, en acceptant les entreprises qui sont en affaires depuis seulement 1 an plutôt que 2; élimination du fardeau qui consiste à fournir le chiffre d’affaires et les données de production à ce moment; et retrait de l’obligation qui consistait à présenter un plan de reprise.

L’ACTA a également insisté pour qu’on réduise le délai de service normal de 30 jours. Alors qu’on n’en fait pas encore mention sur le site Web de Service Canada, l’ACTA apprenait aujourd’hui que Service Canada prévoit que la norme de service sera d’environ 7 à 10 jours, mais nous n’avons encore reçu aucune confirmation à cet effet.

  • Tout travailleur qui ne reçoit plus de revenu en raison de la crise de la COVID-19 – incluant les conseillers indépendants, est admissible au fonds d’aide d’urgence de 2 000 $ par mois pour une durée de 4 mois (16 semaines), pourvu que l’individu ait gagné au moins 5 000 $ au cours des 12 derniers mois. Ce montant s’appliquera rétroactivement au 15 mars. Les travailleurs devraient s’attendre à le recevoir environ 10 jours après avoir présenté leur demande, alors que le lancement du portail permettant d’en faire la demande aura lieu au début d’avril.

« Ce que l’ACTA a été conseillé jusqu’à présent est que les employés peuvent présenter une demande au Fonds de secours d’urgence (FSU) et présenter ensuite une demande d’AE lorsque le FSU aura pris fin’ mentionne Paradis ‘. Les conseillers indépendants peuvent présenter une demande dans le cadre du Fonds de secours d’urgence. Au cours de nos discussions avec le gouvernement au sujet des circonstances uniques que vivent les agences de voyages et les conseillers en voyages, on nous a informés que la période de 16 semaines sera réévaluée au fur et à mesure qu’on assistera aux impacts à plus long terme de la pandémie de COVID-19 ».

Outils opérationnels pour débuter :

Pour obtenir l’aide dont vous avez besoin, consultez les sites suivants en sachant que l’information évolue et qu’on en ajoute continuellement. Par conséquent, vérifiez fréquemment si vous ne trouvez pas les renseignements que vous cherchez.

  1. Visitez le site Web pour les entreprises où vous trouverez l’information sur la façon d’aider vos employés et votre entreprise. Ce site fait l’objet d’une mise à jour continue au fur et à mesure que la crise de la COVID-19 évolue.
  2. Communiquez avec votre institution financière locale. La plupart des petites entreprises entretiennent déjà une relation avec leur institution financière locale. Pour cette raison, le gouvernement collabore avec le secteur financier afin d’accroître sa capacité de prêt pour vous venir en aide en cette période. Il s’agit là d’un bon point de départ si vous avez besoin d’aide plutôt que de vous adresser directement à la BDC.
  3. Téléchargez l’application Entreprises Canada où vous trouverez un soutien adapté afin de répondre à vos besoins pour lutter contre la COVID-19.
  4. Consultez le site ACTAFR.ca où vous trouverez des renseignements importants au sujet de la COVID-19, ainsi que des outils qui vous aideront à parcourir la myriade d’informations.

Le point au sujet de la campagne d’envoi de lettres

L’ACTA a déjà dénombré au-delà de 2 000 lettres qu’on a fait parvenir au premier ministre, aux membres du comité du cabinet sur la COVID-19, ainsi qu’aux députés fédéraux et provinciaux depuis que nous en avons fait la demande il y a à peine quelques jours.

L’ACTA demande aux agents de poursuivre la campagne, car elle se fait remarquer!

« Nous aimerions remercier tous nos conseillers en voyages et nos agences de voyages membres d’un océan à l’autre qui prennent l’initiative de démontrer le rôle important que nous jouons en cette période de crise en offrant de nombreux outils créatifs. Vous nous avez été d’un grand secours dans nos efforts de lobbying » , mentionne Paradis.

L’ACTA demande 3 milliards de dollars pour les agences et les travailleurs

Alors que nous sommes ravis de certaines des mesures d’aide financière annoncées par le gouvernement fédéral, l’ACTA lui demande d’aider les agences de voyages et les travailleurs en mettant à leur disposition une aide financière de 3 milliards de dollars pour leur permettre de traverser la tempête. L’ACTA a mentionné au gouvernement qu’elle s’attend à ce que les agences de voyages du Canada bénéficient d’une aide tout aussi intéressante que les autres secteurs.

Aux États-Unis, les agences de voyages bénéficieront du prêt de stabilisation économique d’une valeur de 25 milliards de dollars qui est destiné aux compagnies aériennes. Cette aide est offerte sous forme de prêts, de garanties d’emprunt et d’autres investissements pour aider les compagnies aériennes, les agences de voyages et les autres entreprises connexes du domaine de l’aviation.

Les remboursements et les futurs crédits de voyage

L’ACTA a joué un rôle très important tout au long des discussions ayant entouré le problème des remboursements. Nous savons que l’Office des transports du Canada a diffusé un communiqué qui se lit comme suit : « L’Office des transports du Canada (OTC) … estime que, de façon générale, une solution qui serait convenable dans le contexte actuel serait que les compagnies aériennes fournissent aux passagers touchés des bons ou des crédits pour des vols futurs qui n’expireront pas dans un délai déraisonnablement court (un délai de 24 mois serait jugé raisonnable dans la plupart des cas )mentionne Paradis. »

« Le Conseil de l’industrie du tourisme de l’Ontario déclare également, sur son site Web, qu’en vertu de l’article 40, un remboursement complet immédiat ou des services alternatifs comparables ne s’appliquent pas dans la situation actuelle, puisqu’il s’agit d’un cas de force majeure. Les clients sont régis par les conditions en vigueur au moment d’effectuer leur réservation » a tel ajouté.

Dans tous les autres pays du monde (comme la Belgique), on a adopté une loi sur la vente de forfaits vacances annulés en raison de la crise du coronavirus. Cette loi se lit comme suit : « … le voyagiste est autorisé à remettre au voyageur un bon dont la valeur équivaut au montant payé plutôt qu’un remboursement » … et « le voyageur ne peut refuser le bon s’il répond aux conditions énoncées au paragraphe 1… ».

Rétrofacturation sur les cartes de crédit

La question des cartes de crédit est également très préoccupante pour l’industrie du voyage et nos agences de voyages membres. L’ACTA, en compagnie d’autres intervenants importants de notre industrie, est en contact avec les plus hautes instances au gouvernement fédéral dans le but de relever ce défi.

L’ACTA continuera de tenir ses membres informés de notre évolution en ce qui a trait au traitement des problèmes prioritaires que doit surmonter notre industrie.