Henri Giscard d’Estaing : « On aura tous une grande envie de vivre »

493

(Le Point) Le PDG du Club Med a été contraint de fermer tous ses villages. Il raconte comment il affronte la plus grande crise que le secteur du tourisme ait jamais connue.

Henri Giscard d’Estaing est depuis près de vingt ans à la tête d’une des entreprises les plus emblématiques du tourisme mondial, le Club Med. Il a révolutionné son business model en l’orientant résolument vers les vacances haut de gamme « all inclusive » ; il a survécu à une offensive de Bernard Tapie puis à une OPA de l’Italien Andrea Bonomi, à un changement d’actionnaires, à diverses crises (politiques ou climatiques) qui ont affecté son activité dans différents pays du monde…

Cet homme, qui aime par-dessus tout dénicher de petits coins de paradis perdus pour implanter de nouveaux villages, est cette fois confronté à une situation inédite et dramatique. Tous les villages du Club Med, répartis sur les cinq continents, ont aujourd’hui fermé leurs portes. Le spécialiste des vacances, dont le groupe chinois Fosun est l’unique actionnaire aujourd’hui, affronte la plus grave crise qui ait jamais affecté le tourisme mondial. Il devra prouver que le Club Med est suffisamment robuste pour résister au cataclysme provoqué par la crise du coronavirus. (Lire l’article)