IATA: le trafic passagers du mois de mai a légère augmenter

108

La demande de voyages en avion a connu une légère amélioration en mai en raison de signes de reprise sur les marchés intérieurs, notamment en Chine, selon l’IATA.

Les passagers-kilomètres payants (RPK) ont diminué de 91% en glissement annuel en mai contre une baisse de 94% en avril.

Cependant, la demande intérieure globale était toujours en baisse de près de 80% en glissement annuel en mai.

Les RPK internationaux se sont contractés de près de 100% pendant un mois consécutif, car la plupart des pays ont soit gardé leurs frontières fermées, soit mis en place des mesures de quarantaine strictes qui ont découragé les passagers potentiels de prendre un vol.

L’IATA s’attend à une augmentation plus importante de la demande en juin, car de nombreux pays – notamment en Europe – assoupliront leurs fermetures et les compagnies aériennes rétabliront en partie une partie de leur capacité en sièges.

«La période de redémarrage sera difficile pour les compagnies aériennes», prévient l’IATA dans son rapport d’analyse de marché de mai.

«Certains pays semblent contenir le virus, mais au niveau mondial, la crise est loin d’être terminée, en particulier dans certains des principaux marchés émergents. En effet, tout en affichant une amélioration par rapport à avril, le niveau des réservations fin juin est toujours ] 80% de moins que le niveau d’il y a un an. De plus, le risque demeure que les gains de demande récents pourraient être inversés s’il y a une deuxième vague d’infections», dit l’IATA.

Malgré le rebond modéré par rapport au creux d’avril, l’IATA affirme que les conditions de fonctionnement dans les secteurs de la fabrication et des services sont restées difficiles et que les taux de chômage ont grimpé dans le monde entier, pesant sur le revenu disponible des voyageurs potentiels.

Un autre obstacle à la reprise dans le secteur aérien est le sentiment des passagers, qui selon l’IATA reste modéré.

«Selon la dernière enquête réalisée en juin, les voyageurs sont devenus plus prudents vis-à-vis des voyages en avion qu’il y a trois mois. Au total, 45% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles avaient l’intention de voler dans les deux mois suivants la maîtrise de la pandémie, contre la part de 64% enregistrée dans le sondage d’avril. La majorité prévoit désormais un retour au transport aérien au plus tôt dans six mois», précise l’IATA.

Sur la base des dernières estimations du groupe commercial, la demande de voyages aériens commencera sa reprise progressive au T3 et au T4, mais n’atteindra ses niveaux de 2019 qu’en 2023. Les marchés intérieurs devraient conduire la reprise de l’industrie après la crise. L’ouverture progressive des frontières et, pour certains pays, la création de «bulles» ou de «couloirs» de voyage devraient se traduire par une nouvelle amélioration progressive des RPK internationaux au cours des prochains mois.

La restauration de la confiance des consommateurs à l’égard du vol sera un élément «crucial» pour la récupération, selon l’IATA.