En période de crise : faire du positif avec du négatif

357

Dossier spécial. Voir du positif dans tout. Certains voient en cela une maladie, mais en affaires, vaut mieux l’attraper quand elle se propage. C’est du moins ce qu’en pense Voyages En Direct.

Open Jaw Québec : La pandémie a-t-elle apporté du positif chez VED?

Annick Dupuis, vice-présidente de VED : Absolument. Dans chaque épreuve qu’on vit, il y a du positif. On doit voir là une occasion de repositionner certaines choses qui ont été faites. C’est en temps de crise aussi qu’on réalise que les fondations que nous avons construites, pour nos membres, sont encore plus importantes.

OJQ : La pandémie vous a-t-elle fait perdre des membres?

AD : Nous avons 106 membres aujourd’hui. Certaines agences ont fusionné pour passer à travers la crise. Certaines avaient déjà des plans en ce sens avant la pandémie. On a supporté ces agences individuellement pour les programmes de subvention notamment.

Richard Villeneuve, président de VED : Nous comptons plus d’agences en ce moment qu’avant la pandémie. Une douzaine de plus. C’est assez exceptionnel.

OJQ : Comment vous expliquez ça?

RV : Nous sommes très présents dans l’industrie et ce, depuis les débuts de la pandémie. On l’est toujours mais on l’a été tout particulièrement dès le début et à tous les niveaux avec nos membres, autant propriétaires que les agents. Et ça s’est su dans le milieu. Certains de nos nouveaux membres propriétaires ont été référés par des membres que nous comptions déjà. Nous avons soutenu individuellement nos membres, pour les subventions et les programmes d’aide, et cette aide a fait boule de neige.

Ces associations qui marquent actuellement des points

Les démarches entreprises par les associations – qu’il s’agisse de l’ACTA ou encore de l’AAVQ – ont marqué des points dans l’industrie.

Annick Dupuis : Bravo à toutes les associations! On a vu beaucoup de collaborations avec elles et même entre les compétiteurs. On a tous travaillé ensemble.

Benoit Schmautz, directeur du marketing et des communications chez VED

Benoit Schmautz, directeur du marketing et des communications chez VED : Nous avons tous fait preuve de résilience. Et si certains se questionnaient sur l’utilité des associations qui les représentaient auprès des différents paliers gouvernementaux, et bien je crois que cette crise les a renforcés en termes d’image. Elles ont été très actives.

RV : Pour une fois, les gens s’unissent ensemble en une voix, au lieu de s’éparpiller. On a fait confiance à certaines personnes – dont les associations – et tout ça a été favorable pour plusieurs. Je ne pensais pas que ce jour-là allait venir aussi vite.

Article précédentAvant/après Covid : que deviennent agents et clients?
Prochain articleReprise : comment va-t-elle se produire?
Détentrice d’un baccalauréat en journalisme de l’Université Laval, Isabelle débute sa carrière de journaliste en voyage en 1995. Ses articles et reportages ont voyagé dans les magazines L’agent de voyages, Voyager et Tourisme Plus, Atmosphère d’Air Transat et le Journal Le Devoir, entre autres. Elle est co-autrice de quatre guides chez Rudel Médias (25 destinations soleil pour les vacances) et aux Éditions Ulysse (Voyager avec des enfants, Fabuleux Alaska/Yukon, Longs séjours à l’étranger). Depuis 2006 aussi, elle présente des conférences devant public.