ACTA : changement de ton radical à l’égard du Budget

322

C’est sur un ton beaucoup moins réjouissant que la semaine dernière que l’ACTA reprend le sujet du Budget fédéral. L’association passe de « l’ACTA se réjouit de la prolongation des programmes de soutien fédéraux jusqu’en septembre » du 19 avril à « la baisse rapide de l’aide en juillet 2021 sera dévastatrice » en date d’aujourd’hui 27 avril.

« Les échéanciers sont prématurés »

L’ACTA a émis un communiqué ce matin, dans lequel on peut lire ceci :

Lors d’une rencontre avec la ministre Freeland la semaine dernière, l’ACTA apprenait que le budget repose sur l’hypothèse selon laquelle la vaccination se poursuivra à un rythme rapide d’ici la fin de juin – et la ministre Freeland ajoute, « je crois que les Canadiens passeront un été formidable ».

Wendy Paradis, présidente de l’ACTA

« Alors que nous espérons que la ministre ait raison, l’ACTA, ainsi que d’autres associations dans le domaine du voyage et du tourisme, insistent pour dire que les échéanciers sont prématurés » déclare Wendy Paradis, présidente de l’ACTA.

La suite du communiqué :

L’ACTA a étudié les moindres détails de ce document de 724 pages qui présente le budget du gouvernement fédéral et a identifié les points avantageux – et ceux qui sont très préoccupants – à l’intention des agents de voyages.

La baisse rapide de l’aide en juillet 2021 sera dévastatrice. Même si l’ACTA accueille favorablement la prolongation des programmes d’aide financière jusqu’en septembre 2021, elle se dit grandement préoccupée par la baisse des programmes d’aide qui doit débuter en juillet.

Calendrier de pressions de 30 jours

L’ACTA pointe des priorités urgentes qui devront faire l’objet de pressions de sa part au cours des 30 prochains jours. Ces priorités sont :

  • Prolonger les programmes essentiels de SSUC et de SUCL, ainsi que l’AE pour offrir un soutien maximal d’ici la fin de l’année ou 90 jours après la levée des restrictions dans le domaine du voyage
  • Maintenir les prestations de PCRE au niveau actuel de 500 $ par semaine d’ici la fin de 2021 ou 90 jours après la levée des restrictions dans le domaine du voyage
  • Reporter l’échéance de présentation des demandes au FARR et les autres programmes de liquidités (CUEC, PCSDT, etc.) d’ici la fin de 2021 ou 90 jours après la levée des restrictions dans le domaine du voyage et étendre l’accessibilité aux seuls propriétaires en ce qui a trait aux programmes lorsque ce critère n’est pas en vigueur.
  • Prolonger le programme d’embauche pour la relance économique du Canada jusqu’à la fin de 2021 ou 90 jours après la levée des restrictions dans le domaine du voyage

« Ce document ne représente d’aucune façon le produit final »

« Il est important de se rappeler, même si on a déposé le budget, qu’il doit traverser le processus parlementaire et qu’en tant que tel, ce document ne représente d’aucune façon le produit final » poursuit le communiqué de l’ACTA.

« Cela signifie que notre industrie a encore la possibilité d’influencer les changements aux programmes ou de dicter la façon dont certaines sommes affectées aux programmes peuvent être utilisées. »

« Certaines lacunes persistent au niveau de la protection des commissions »

Le désenchantement de l’ACTA se poursuit alors que l’association revient également sur le programme d’aide financière accordée à Air Canada et la protection des commissions des agents qui en découle. L’association nous informe que des lacunes persistent dans ce dossier :

« Depuis l’annonce faite le 12 avril par le gouvernement qui approuvait le programme d’aide financière d’Air Canada, l’ACTA a recueilli les commentaires auprès des agences de voyages et des agents de voyages qui sont membres en mettant en lumière les lacunes entourant la protection des commissions. Alors qu’Air Canada et Vacances Air Canada ont apporté des changements positifs aux politiques de remboursement, certaines lacunes persistent au niveau de la protection des commissions.

« Dans la demande originale que nous avons présentée au gouvernement, l’ACTA soulignait à quel point il est important, si les remboursements aux consommateurs sont exigés, que les compagnies aériennes et les voyagistes bénéficient d’un financement afin de couvrir le rappel des commissions des agents de voyages.  L’ACTA s’est déjà adressée aux ministres des Finances et des Transports pour les informer des lacunes que présente le système de rappel des commissions et qu’on pourrait avoir besoin de sommes additionnelles. »