JetBlue flirte avec Vancouver : ses 5 motivations et 5 défis

352

Nous avons parcouru quelques tribunes d’experts et analystes du transport aérien nord-américain et nous avons relevé les 5 raisons pourquoi JetBlue projette desservir Vancouver au départ de NY dès 2022.

Nous avons aussi relevé les 5 principaux défis qui attendent ce transporteur américain, s’il va au bout de son ambition.

Les 5 motivations

1- JetBlue n’a pas réussi à percer le marché international hors contient américain comme il le souhaitait. Sa faim d’expansion l’amène à tenter sa chance au Canada.

2- Les difficultés actuelles que connaissent le Canada et le domaine aérien de notre pays à cause de la pandémie (3ème vague, aide tardive du gouvernement, dommages collatéraux lourds et important retard de la reprise des vols au Canada comparativement aux ÉU) ont des échos aux États-Unis et motiveraient JetBlue à tenter sa chance durant cette période peu avantageuse pour le transport aérien au Canada.

3- Les corridors NY-Toronto et NY-Montréal sont trop bien desservis par d’autres compagnies aériennes. JetBlue passe son tour.

4- Le corridor NY-Vancouver a été délaissé par deux autres gros transporteurs ces derniers mois : Cathay Pacific (dans le cadre d’un itinéraire de vols NY-Vancouver-Hong Kong qui a pris fin début 2020) et Philippine Airlines (dans le cadre d’un itinéraire NY-Vancouver-Manille qui a pris fin quand le transporteur a acquis un A350 capable d’effectuer le trajet direct NY-Manille).

5- NY-Vancouver apparait à JetBlue comme étant le corridor avec le Canada le plus prometteur au niveau de la rentabilité :

-à défaut d’envisager Toronto et Montréal, Vancouver s’affiche la ville canadienne la plus densément peuplée

-croisières, voyages de ski et voyages d’affaires sont trois importants segments capables de drainer un achalandage sur Vancouver.

Les 5 défis

Toujours selon experts et analystes dont nous avons consulté les tribunes, 5 défis guettent JetBlue – et sont souvent ceux-là qui découragent les transporteurs américains à démarcher le Canada.

1- Les vols au départ du Canada sont soumis à des taxes et frais d’aéroport plus élevés qu’aux États-Unis.

2- Le taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain a un impact économique qui peut être lourd à supporter.

3- Comparativement aux États-Unis, le Canada a une très faible population et la répartition de cette population sur tout le territoire est très (trop) élargie.

4- La pérennité de la desserte : percer le marché canadien est une chose, maintenir les activités sur un long terme en serait une toute autre. Raison : le Canada est saisonnier dans une grande proportion de ses voyageurs.

5- Le lancement de la liaison NY-Vancouver n’est qu’en 2022. Tout peut changer d’ici un an.

Le projet JetBlue en bref :

-JetBlue envisage la liaison New York (JFK) – Vancouver (YVR) à l’année

-JetBlue envisage la liaison Boston (BOS) – Vancouver (YVR) en saison

-ce projet d’expansion au Canada s’inscrit dans le cadre de l’alliance que JetBlue a conclue avec American Airlines et qui a reçu l’approbation du U.S. Department of Transportation plus tôt cette année

-la citation vedette de l’annonce du projet : « Nous sommes impatients de brasser le statu quo qu’exercent les transporteurs à gros tarifs dans ces marchés » – Scott Laurence, chef de la planification d’affaires chez JetBlue

-en parlant de prix des billets : JetBlue jouit encore d’une réputation de transporteur à bas prix et ce, bien que ce ne soit pas tout à fait encore le cas, selon certains analystes.

Deux références intéressantes:

-BNN Bloomberg: https://www.bnnbloomberg.ca/company-news/video/jetblue-expanding-flights-into-canada~2185740

-One Mile at a Time: https://onemileatatime.com/jetblue-vancouver-canada/