La « bulle » atlantique amorce une réouverture aux Canadiens

302

Le Nouveau-Brunswick a rouvert ses frontières à tous les Canadiens, tôt à minuit ce matin, amorçant ainsi la réouverture de la bulle atlantique au reste du Canada.

Les Canadiens ayant reçu au moins une dose d’un vaccin contre la Covid ne sont plus tenus de s’isoler, ni de plaidoyer un motif impérieux ou présenter un quelconque laissez-passer de la Sécurité Publique.

Les Canadiens n’ayant pas reçu de vaccin contre la Covid devront s’isoler à leur arrivée dans la province et ce, jusqu’à ce qu’un résultat négatif soit obtenu à la suite d’un test de dépistage. Ce test devra être effectué dans un délai de cinq à sept jours suivant la date de leur arrivée dans la province.

Malgorzata Gasperowicz, biologiste à l’Université de Calgary

« C’est risqué »

« Lever l’obligation de s’isoler dans le cas des Canadiens qui arrivent d’autres régions, et qui ont reçu une seule dose de vaccin, met à risque les succès remportés par le Nouveau-Brunswick contre la COVID-19 jusqu’à présent », rapporte Radio-Canada, à la suite de cette nouvelle, en citant Madame Malgorzata Gasperowicz, biologiste à l’Université de Calgary.

Fait intéressant, et un tantinet inusité, l’ouverture des frontières du Nouveau-Brunswick est réalisée sur le motif que 75 % de la population de cette province a reçu une première dose de vaccin. En d’autres mots, le NB accepte d’ouvrir ses frontières à des voyageurs vaccinés et non vaccinés (avec test de dépistage) parce que sa propre population a atteint un niveau acceptable de protection.

Le Nouveau-Brunswick explique également cette réouverture de ses frontières du fait qu’au moins 20 % de sa population âgée de 65 ans et plus a reçu deux doses de vaccin anti-COVID-19.