La France obtient quatre nouvelles inscriptions à l’UNESCO

492
Promenade des anglais

Lors de la 44e session du Comité du patrimoine mondial, qui s’est tenue du 16 au 31 juillet 2021, quatre nouveaux sites en France ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cela porte à 49 le nombre total de sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial en France : 42 sites culturels, six sites naturels et un site complexe.

Vichy, l’une des grandes villes thermales d’Europe

Onze villes thermales dans sept pays européens ont été inscrites sur la liste du patrimoine mondial en tant qu’exemples de la manière dont la culture thermale européenne, qui s’est épanouie entre 1700 et les années 1930, a contribué à créer des villes. Vichy, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, est l’une des onze villes figurant sur la liste.

Source des Célestins

La ville a contribué à la création d’une culture thermale européenne au XIXe et au début du XXe siècle. La ville, qui s’ouvrait sur la plaine de la rive droite de l’Allier, combinait les principes de l’urbanisme parisien avec une promenade thermale à l’intérieur de la ville.

Le phare de Cordouan

Le phare de Cordouan, à l’embouchure de la Gironde, est un ouvrage dangereux et inaccessible construit en blocs de calcaire blanc à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle, conçu par Louis de Foix et remanié par Toure à la fin du XVIIIe siècle.

Chef-d’œuvre de la navigation maritime, le phare de Cordouan est un monument décoré de pilastres, cylindres, colonnes, modillons et gargouilles.

Phare de Cordouan

Il s’agit d’un exemple contemporain de l’art de la construction de phares au cours du développement de la navigation, lorsque les phares jouaient un rôle important en tant que marqueurs territoriaux et dispositifs de sécurité.

Accessible par bateau depuis Royan en Charente-Maritime ou Le Verdon-sur-Mer en Gironde. Le voyage dure environ 45 minutes.

Nice, ville de villégiature d’hiver de la Côte d’Azur

La ville méditerranéenne de Nice s’est développée depuis le XVIIIe siècle comme une station d’hiver, grâce à la douceur de son climat et à sa situation en bord de mer, au pied des Alpes. Formée et développée pour le tourisme, son histoire et ses origines en tant que ville touristique lui ont valu le titre de site du patrimoine mondial de l’UNESCO d’une « valeur universelle exceptionnelle ».

À partir du milieu du XVIIIe siècle, Nice est une destination hivernale privilégiée pour les familles de la noblesse et de la haute société, notamment les Anglais. En 1832, elle adopte un plan d’urbanisme réglementé afin de rendre la ville plus attrayante pour les étrangers.

Hôtel Le Régina

Peu après, le modeste chemin de deux mètres de large qui longeait le front de mer a été transformé en la prestigieuse Promenade des Anglais après avoir été cédé à la France en 1860.

« L’histoire de Nice est à la fois locale et ouverte, méditerranéenne et alpine, européenne et cosmopolite, et elle a donné naissance à une architecture et un paysage uniques qui sont devenus un modèle pour de nombreuses autres villes dans le monde », indique Christian Estrosi, maire de Nice.

La ville est accessible en 5 heures 50 minutes en TGV de la Gare de Lyon à Paris, 1 heure 25 minutes des aéroports de Paris Orly ou Charles de Gaulle.

Les Carpates et les forêts de hêtres anciennes et primitives d’Europe

Le Comité de l’UNESCO a également inscrit sur sa liste les Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe parmi lesquelles trois forêts françaises ont été retenues : les réserves de Chapitre Petit-Buëch (Hautes-Alpes), du Grand Ventron (Vosges et Haut-Rhin) et de la Massane (Pyrénées-Orientales).

Après son enregistrement en 2007, le projet a été étendu en 2011, 2017 et 2021 pour couvrir 94 sites dans 18 pays européens. La France comptera quatre réserves naturelles supplémentaires enregistrées en 2021.