Allemagne : 5 sites de plus sous le sceau de l’UNESCO

287
Le site en série SchUM de Spire, Worms et Mayence. Photo: UNESCO

L’Allemagne passe de 46 à 51 sites culturels et naturels gravés du sceau de protection du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ces sites sont :

Le site en série SchUM de Spire, Worms et Mayence

Les édifices qui constituent le bien ont servi de prototypes aux communautés juives et aux bâtiments religieux ultérieurs ainsi que pour les cimetières en Europe. L’acronyme SchUM correspond aux initiales hébraïques de Spire, Worms et Mayence.

Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure. Photo: UNESCO

Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure

Ce bien transnational est composé de 102 éléments appartenant à une section des frontières de l’Empire romain. Il comprend des sites et infrastructures militaires et civiles qui ont matérialisé la frontière de la Germanie inférieure du 1er au 5ème siècle. La quasi-totalité des vestiges archéologiques du bien est enfouie sous terre.

La Mathildenhöhe à Darmstadt. Photo: UNESCO

La Mathildenhöhe à Darmstadt

Il s’agit d’une colonie d’artistes fondée en 1897 en tant que centre des nouveaux mouvements réformistes alors émergents dans les domaines de l’architecture, des arts et de l’artisanat. Les bâtiments de la colonie sont l’œuvre des artistes qui en furent les membres, servant de cadres de vie et de travail expérimentaux du début du modernisme. Aujourd’hui, elle offre un témoignage des débuts de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement paysager modernes, tous inspirés par le mouvement Arts and Crafts et la Sécession viennoise.

Baden-Baden. Photo: Germany Travel.

Les villes d’eaux de Bad Ems, Baden-Baden et Bad Kissingen

Il s’agit d’un ensemble transnational qui comprend 11 villes situées dans sept pays européens, dont celles-ci en Allemagne. Ces villes témoignent de la culture thermale européenne internationale qui s’est développée du début du XVIIIe siècle aux années 1930. Toutes s’intègrent dans un contexte urbain global caractérisé par un environnement thérapeutique et récréatif. Ces sites témoignent collectivement de l’échange d’idées et d’influences dans le cadre du développement de la médecine, des sciences et de la balnéothérapie.

Célèbres hêtres. Photo: UNESCO

Forêts primaires et anciennes de hêtres

Ces forêts étaient déjà inscrites sur la liste. Un plus grand territoire vient de s’ajouter. Il s’agit d’un bien transnational, composé de 94 éléments constitutifs, qui s’étend sur 18 pays.

Pour plus d’informations, c’est par ici.