Enfants de retour au Canada : mécontentements à l’égard des restrictions

1181

Les enfants de moins de 12 ans, non vaccinés parce qu’ils ne peuvent toujours pas se faire vacciner, ne sont plus tenus de faire une quarantaine à leur retour de voyage de l’étranger. Mais pour 14 jours, Ottawa exige qu’ils n’aillent pas à la garderie, à l’école, au camp de jour, au service de garde…

On se souvient que, à l’annonce de la levée de la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour les Canadiens, il y a un mois, les enfants de moins de 12 ans devaient quand même s’enfermer à la maison pendant 14 jours.

Aujourd’hui, ils ne sont plus tenus de le faire, mais Ottawa leur interdit l’accès à plusieurs lieux publics qu’ils fréquentent et ce, pendant deux semaines suivant leur retour au pays.

Ce que dit Ottawa :

« Les enfants non vaccinés de moins de 12 ans et les enfants à charge non vaccinés (en raison d’un problème de santé mentale ou physique) de voyageurs entièrement vaccinés n’auront plus à faire une quarantaine de 14 jours, mais ils devront suivre des mesures sanitaires rigoureuses. Ils peuvent donc se déplacer avec leurs parents, mais doivent éviter les lieux collectifs – tels que les camps de vacances ou les garderies – pendant les 14 premiers jours suivant leur arrivée. Les enfants non vaccinés devront se soumettre aux tests de dépistage du premier et du huitième jour. Les provinces et les territoires peuvent imposer des règles plus strictes à l’égard des personnes qui viennent de rentrer d’un voyage. »

Des casse-têtes pour les parents

Ces restrictions, si elles privent les enfants d’une précieuse liberté, causent aussi des maux de tête aux parents.

Titrant une « quarantaine déguisée », Radio-Canada dévoile ce matin les inquiétudes d’une mère dont les enfants sont sur le point de revenir au Canada, et dont l’un d’entre eux a moins de 12 ans. « Une quarantaine ou ça, ça revient à la même chose », lance cette mère interrogée.

Les enfants peuvent toutefois visiter un lieu public peu achalandé, comme un parc ou une plage, à condition de porter un masque et de maintenir une distanciation physique avec les autres. Sauf s’ils sont âgés de moins de 5 ans, les enfants devront subir des tests de dépistage avant et après leur arrivée au Canada, rapporte Radio-Canada, en ajoutant :

« Lorsqu’elle contacte les autorités pour obtenir des réponses, elle se heurte à des informations contradictoires. J’ai appelé des agents d’information trois fois et on m’a dit trois choses différentes, explique-t-elle, un peu à bout de patience. »

Le Regroupement des comités autonomes de parents du Québec, par la voix de son porte-parole, Sylvain Martel, a confié à Radio-Canada son inquiétude « des conséquences que cette mesure aura pour les parents et les enfants qui reviendront au pays juste avant la rentrée scolaire.

« Pour les parents, c’est sûr que ça veut dire que le retour au travail n’est pas nécessairement possible si les enfants ne peuvent aller à l’école ou à la garderie » a-t-il expliqué.

Professeur au Département de sciences biologiques à l’UQAM, Benoit Barbeau s’est également confié au média :

« Même avec la présence du variant delta, les enfants ne sont pas des vecteurs majeurs du virus. Dans ce contexte-là, on s’attendrait à ce que les enfants puissent bénéficier de certains privilèges. D’imposer cette quarantaine déguisée pendant une période de 14 jours, c’est peut-être exagéré. »