L’industrie demande au fédéral de suivre l’exemple des autres pays qui assouplissent les règles à l’arrivée

642

Comme l’a signalé Open Jaw, de nombreux pays commencent à revenir sur les exigences en matière de tests avant le départ pour les voyageurs, ce qui oblige l’industrie canadienne du voyage et du tourisme à exiger l’égalité de traitement pour les arrivées canadiennes.

Dans la foulée des annonces selon lesquelles l’Angleterre et d’autres destinations abandonnent l’exigence de résultats négatifs aux tests PCR avant le départ, ainsi que de nouvelles directives exhortant les Canadiens à ne pas se faire tester sauf dans des conditions limitées, CTV News rapporte que la présidente et chef de la direction de l’Association canadienne de l’industrie touristique (TIAC), Beth Potter, pense qu’il est temps d’arrêter les tests pour les voyages.

Elle dit que la recommandation faite aux Canadiens de ne pas se faire tester « remet en question à savoir si le dépistage par PCR pour les voyages est le bon outil en ce moment pour atténuer la propagation du virus, d’autant plus que nous voyons ce qui se passe dans d’autres pays du monde ».

« À l’heure actuelle, le discours du gouvernement est le suivant : ‘’S’il vous plaît, n’allez pas passer un test PCR, nous n’avons pas assez de capacité’’, et ils accélèrent et distribuent plutôt les fameux tests rapides pour essayer d’atténuer la propagation communautaire », a déclaré Potter.

Les tests positifs aux frontières, comme le rapporte Open Jaw, restent autour de 1%, « et nous posons donc la question : que pouvons-nous faire pour faciliter les déplacements des gens, et le test PCR est-il le bon outil en ce moment ? Pourrions-nous détourner ces tests pour les utiliser dans les communautés et dans les milieux de soins de santé où ils sont davantage nécessaires ? »

« Ce que nous demandons au gouvernement, c’est de prendre des décisions fondées sur la science et les données, et non sur la politique et l’optique », a déclaré Wendy Paradis, présidente de l’ACTA, au Globe & Mail, notant que le Canada est poussé à la limite des tests.

Wendy Paradis, présidente de l’ACTA (à gauche) et Beth Potter, présidente et chef de la direction de TIAC (à droite).

La semaine dernière, en annonçant que l’Angleterre abandonnerait les tests avant le départ pour les arrivées vaccinées, ainsi que les quarantaines en attendant les résultats des tests à l’arrivée, le Premier ministre Boris Johnson a déclaré : « Maintenant, Omicron est si répandu, ces mesures ont un impact limité sur la croissance des cas tout en continuant à poser des coûts importants pour notre industrie du voyage. »

Paradis a réitéré ce message dans ses commentaires au Globe & Mail, affirmant que « les pays devront trouver un moyen d’équilibrer la propagation d’Omicron et l’impact économique ».

Potter, de la TIAC, convient qu’il est temps que le Canada se familiarise avec les politiques d’entrée des autres pays.

« Alors que nous observons l’assouplissement d’autres exigences, telles que les périodes d’isolement, il semblerait que l’assouplissement des exigences en matière de voyages (au Canada) devrait suivre », a-t-elle déclaré. « Nous aimerions arriver au point où vous n’avez besoin que de faire un test rapide à l’arrivée, puis de continuer. »

Elle a demandé au gouvernement d’assurer l’accès à des tests d’arrivée fiables qui peuvent être traités rapidement sans jours de quarantaine afin d’éviter d’autres pertes pour l’industrie canadienne du voyage et du tourisme.

Lynn Elmhirst, Open Jaw