Colombie-Britannique : bientôt le premier magasin de cannabis au monde dans un aéroport?

550

Un petit aéroport de la Colombie-Britannique pourrait devenir le premier au monde à ouvrir un magasin de vente au détail de cannabis.

Si un permis d’affaires est accordé, certains voyageurs qui passent par l’aéroport de Prince George pourront « plâner » à bord d’ici la fin de l’année.

Selon l’administration aéroportuaire de Prince George, l’entreprise s’appelle Copilot et est « pionnière du cannabis pour les voyages ».

L’entreprise a demandé une licence d’exploitation à l’aéroport YXS. La PGAA a déclaré dans un communiqué de presse la semaine dernière que si tout se passe comme prévu, Copilot sera le premier magasin de vente au détail de cannabis dans un terminal d’aéroport dans le monde.

« Nous considérons YXS comme l’endroit idéal pour lancer notre magasin initial et remplir notre mission de faire du voyage une expérience moins stressante et plus agréable pour nos clients », ont déclaré les cofondateurs de Copilot, Reed Horton et Owen Ritz, dans un communiqué via l’aéroport.

Bien que l’accès au cannabis à l’aéroport puisse rendre les voyages moins stressants pour certains, cela pourrait causer des ennuis à d’autres.

Car évidemment, il est illégal d’emporter du cannabis au-delà des frontières fédérales.

Les Canadiens qui voyagent à l’intérieur du pays peuvent apporter du cannabis dans leur bagage à main, à condition que la quantité ne dépasse pas 30 grammes et qu’ils aient l’âge légal dans les provinces où ils voyagent.

L’âge légal est de 19 ans dans la plupart des provinces et territoires canadiens, mais il est un an plus jeune en Alberta et deux ans plus vieux au Québec.

La société et les responsables de l’aéroport envisagent quelques modèles différents pour cette entreprise révolutionnaire. Il pourrait s’agir de quelque chose comme un magasin hors taxes habituel de l’aéroport, où vous achetez votre produit et le sortez.

Ou il pourrait s’agir d’un scénario de « consommation sur place » comme un bar d’aéroport – ou un café, pour utiliser la référence d’Amsterdam.

Et selon ce qui est rapporté, le magasin sera localisé avant que les passagers passent la sécurité, ce qui le rendrait accessible à la communauté au sens large.

Mais le magasin de cannabis de cet aéroport de B.C. ne sera pas un libre-service. Les pièces d’identité seront vérifiées conformément à la réglementation provinciale, il y aura des restrictions sur les achats du personnel des aéroports et des compagnies aériennes, et les cartes d’embarquement seront vérifiées pour vérifier que personne n’essaie de prendre son cannabis et de voler à l’étranger.

L’aéroport restera un environnement sans fumée « à l’exception des zones fumeurs désignées, et nous envisageons de désigner une zone distincte pour la consommation de cannabis », a déclaré Duke.