Fermeture des espaces aériens et crise en Ukraine : un expert prédit l’impact canadien

452
Rob Kokonis, président et directeur général, AirTrav Inc.

L’invasion russe en Ukraine cause des dommages bien au-delà des frontières de l’Europe. Et même au Canada.

Le site Skift rapporte le « pire scénario » pour les compagnies aériennes : la Russie pourrait fermer son espace aérien aux survols en réponse aux sanctions, perturbant le trafic aérien entre l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie.

Les vols américains vers l’Asie sont déjà déroutés pour éviter l’espace aérien ukrainien et les parties fermées de l’espace aérien russe, selon Skift.

L’expert canadien en aviation Robert Kokonis, président et directeur général d’AirTrav Inc., a déclaré à Open Jaw que les compagnies aériennes canadiennes et l’ensemble de l’industrie sont menacées par l’invasion de l’Ukraine.

« Cela retardera les progrès de la reprise d’au moins trois mois et peut-être plus, en fonction de l’étendue et de la durée de la guerre de la Russie en Ukraine », a-t-il déclaré.

Les exploitants canadiens contraints d’éviter les survols sont confrontés à des itinéraires plus longs, avec des coûts de carburant proportionnellement plus élevés – sans compter que ce carburant supplémentaire coûte beaucoup plus cher en raison de la crise.

« Vous savez que j’aime les statistiques », a-t-il déclaré à Open Jaw. « J’ai donc effectué des analyses de l’espace aérien en raison des fermetures de l’espace aérien russe, de l’évitement de l’espace aérien biélorusse et du contournement commercial continu de l’espace aérien afghan. »

Le temps et la distance supplémentaires calculés par Kokonis pour certains itinéraires touchés est remarquable (dans la direction indiquée, car les itinéraires à l’allée sont différents de ceux au retour en raison des vents et d’autres facteurs). Certains itinéraires peuvent voir les vols s’allonger d’une heure et demie !

YYZ vers DEL

+ 11%

+ 90 minutes de vol

YYZ vers ICN

+ 7%

+ 50 minutes de vol

YVR vers DEL

+ 11%

+ 90 minutes de vol

« Je suis préoccupé par le fait de voler vers le sous-continent indien, le Moyen-Orient et surtout l’Europe cet été », a déclaré Kokonis à Open Jaw.

« Je ne peux qu’espérer que la Russie se retire et que le conflit ne s’intensifie pas davantage pour attirer l’OTAN ou les États-Unis. Les conséquences sont insondables pour le monde, et il va sans dire qu’une telle escalade serait dévastatrice pour le transport aérien et l’industrie du voyage.

Tous les itinéraires ou les voyages canadiens ne seront pas directement touchés, a-t-il noté.

Mis à part les routes ci-dessus, la plupart des vols canadiens ne seront pas directement touchés par les fermetures d’espace aérien, a-t-il ajouté. Kokonis ne s’attend pas à ce que les marchés domestiques, américains, sud/Amérique latine, Europe occidentale, Afrique du Nord ou Australie/Nouvelle-Zélande aient des routes affectées.

Cependant, les effets indirects sur le transport aérien canadien et la reprise globale du voyage seront très dommageables, a-t-il déclaré.

« Toute l’aviation sera affectée par la baisse de la demande (les voyageurs nerveux, d’où des revenus plus faibles) et des coûts plus élevés (augmentation des coûts du carburant sur toutes les routes en raison de la hausse des prix du pétrole provoquée par la crise, probablement des taux d’assurance des avions plus élevés et des frais de service de navigation aérienne plus élevés sur les vols réacheminés) », a souligné Kokonis.

« La combinaison d’une demande plus faible, d’un chiffre d’affaires plus faible et de coûts plus élevés frappe le secteur du transport aérien au moment même où il voyait une lumière au bout du tunnel. »

Lynn Elmhirst, Open Jaw