Aéroports : «c’est absolument irresponsable de la part du gouvernement fédéral de tolérer la situation actuelle»

202
Photo: 20min.ch

« Il est absolument irresponsable de la part du gouvernement fédéral de tolérer la situation actuelle. Ces retards sont une source de frustration pour tout le monde et contribuent à l’encombrement considérable d’aéroports déjà très occupés. Le ministre Mendicino et l’ASFC doivent augmenter le nombre d’agents frontaliers en poste et revoir l’infrastructure en place afin d’accélérer le traitement des voyageurs. »

Dans un communiqué mis en circulation hier soir, c’est sur ces mots que le président national du Syndicat des Douanes et de l’Immigration (SDI), Mark Weber, dénonce la situation actuelle dans les aéroports et demande au ministre de la Sécurité publique et à l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) d’augmenter le nombre d’agents des services frontaliers affectés à la section voyageurs dans les aéroports canadiens.

« C’était pourtant prévisible »

Monsieur Weber fulmine d’autant plus qu’il juge que la situation actuelle était prévisible. Il y indique qu’au cours de la dernière décennie, le nombre d’agents affectés au traitement des voyageurs « a grandement chuté ».

« À l’heure actuelle, rien qu’à l’aéroport international Pearson de Toronto, le SDI estime que moins de 300 agents sont actifs dans la section voyageurs, soit près de la moitié du nombre nécessaire pour traiter les voyageurs en temps opportun, et bien moins que le nombre d’agents présents il n’y a que six ans. La situation n’est pas unique à Toronto : Vancouver et Montréal font face à des problèmes similaires au niveau du personnel. »

Une autre épine : la dépendance excessive à l’égard de technologies inefficaces  

« La réalité est qu’il est fort probable que même avec l’éventuelle levée des mesures de santé publique actuelles, d’importants délais persisteront, non seulement en raison du manque criant d’agents à presque tous les niveaux à la frontière, mais aussi en raison d’une dépendance excessive à l’égard de technologies inefficaces », a expliqué Mark Weber, ajoutant que le syndicat estime qu’un agent peut traiter un voyageur deux fois plus vite que les bornes d’inspection primaire automatisées.

Monsieur Weber croit qu’en période d’affluence, « ces bornes monopolisent également un espace qui pourrait autrement être occupé par les voyageurs qui attendent de passer aux douanes, entraînant ainsi un débordement de voyageurs en dehors de la zone des douanes.

« De plus, beaucoup ont remarqué que l’application ArriveCan rend le processus plus complexe pour les voyageurs, ce qui ajoute aux temps d’attente déjà importants. Bien que ces deux technologies aient leur rôle à jouer, elles ne peuvent remplacer l’expertise d’un agent qualifié, et viennent compromettre à bien des égards la sécurité du pays. »