Ottawa prend d’autres mesures pour réduire les files d’attente aux aéroports

378

Le ministre des Transports du Canada a déclaré que le gouvernement avait intensifié ses efforts pour réduire les files d’attente qui ont tourmenté les aéroports les plus achalandés du pays alors que les voyages poursuivent leur reprise.

Tard vendredi dernier 27 mai, Omar Alghabra et le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, ont publié une mise à jour sur ce qu’ils disent être des mesures renforcées.

« C’est une excellente nouvelle que de plus en plus de Canadiens choisissent de voyager », commence la déclaration conjointe. « Alors que le volume de voyages augmente, des retards sont signalés dans de nombreux aspects des voyages. »

Tout en reconnaissant les goulots d’étranglement des douanes canadiennes et des contrôles de sécurité dans les aéroports – tous deux sous la responsabilité du gouvernement fédéral – les ministres soulignent également les douanes américaines, la manutention des bagages et d’autres blocages dans le processus aéroportuaire.

Et ils soulignent également que le problème du Canada n’est pas unique : « Nous assistons également à des phénomènes similaires dans d’autres aéroports du monde. Cela dit, nous prenons des mesures pour remédier rapidement aux retards », poursuivent-ils, ajoutant qu’ils travaillent avec les aéroports et les compagnies aériennes pour aplanir les problèmes qui ont frustré les passagers canadiens et attiré l’attention des médias.

« Le gouvernement du Canada reconnaît l’urgence de la situation et continue de travailler avec tous ses partenaires pour régler les temps d’attente en priorité, ont-ils déclaré. Certains progrès ont été réalisés, mais nous reconnaissons que nous devons faire plus – et nous le ferons. »

Alors que de nombreux Canadiens peuvent être sceptiques quant aux avantages de convoquer un comité au-delà de la création d’un travail plus bureaucratique, la déclaration indique que Transports Canada a convoqué l’Agence de la santé publique du Canada, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) autour d’une table pour «développer de nouvelles approches pour traiter les points de pression dans le système».

L’industrie du voyage a demandé à Ottawa non seulement d’augmenter le personnel pour la sécurité sortante et les services frontaliers entrants, mais elle a également critiqué les exigences « héritées » de la santé publique en matière de COVID, comme les tests aléatoires, qui ralentissent le processus.

Au niveau des départs:

Ottawa rapporte qu’il travaille avec l’ACSTA pour augmenter le nombre d’agents de contrôle. La déclaration a réitéré des commentaires de la semaine dernière selon lesquels 400 nouveaux agents de contrôle sont en cours de formation et d’intégration.

Transports Canada a apparemment approuvé un processus simplifié pour les mettre en première ligne plus rapidement, et l’ACSTA affirme que ces agents « seront déployés d’ici la fin juin ».

L’agence affirme également qu’elle est « sur le point d’avoir recruté 100 % de son nombre cible d’agents de contrôle pour l’été dans de nombreux aéroports, dont l’aéroport international Pearson de Toronto et l’aéroport international de Vancouver ».

De plus, il utilise d’autres membres du personnel pour effectuer des fonctions autres que le contrôle afin de maintenir les lignes en mouvement et orchestrer la coordination avec les aéroports, les compagnies aériennes et d’autres parties prenantes clés pour s’assurer que les horaires s’alignent sur les périodes les plus chargées.

Au niveau des arrivées:

Le gouvernement indique que les retards à l’arrivée sont importants, « alors que les avions attendent aux portes de l’aéroport international Pearson de Toronto ».

L’ASFC et YYZ « prennent des mesures en ajoutant 25 kiosques pour accélérer le temps de traitement des arrivées. L’ASFC lance également le plan d’action d’été pour assurer l’efficacité, augmenter la capacité des agents disponibles et faciliter le retour des agents des services frontaliers étudiants », indique le communiqué.

Il ajoute que Santé Canada « travaille avec l’ASFC et ses partenaires pour rationaliser leurs opérations. Par exemple, ils supprimeront l’exigence de tests aléatoires obligatoires sur le processus de connexion internationale à nationale. D’autres modifications visant à rationaliser le traitement pour des raisons de santé publique sont en cours d’élaboration.

Mesures qui portent fruits

Ottawa affirme que les mesures qu’elle a déjà prises ont commencé à porter leurs fruits, avec « une diminution des temps d’attente pour le dépistage. Depuis le début du mois, le nombre de passagers attendant 30 minutes et plus pour un contrôle à la sortie dans nos plus grands aéroports (Toronto Pearson International, Vancouver International, Montréal Trudeau International et Calgary International) a été divisé par deux dans les quatre aéroports ».

« Les aéroports, les compagnies aériennes et le gouvernement du Canada, y compris l’ACSTA, l’ASPC, TC et l’ASFC, améliorent les communications avec les voyageurs afin que les passagers puissent mieux anticiper les exigences de contrôle avant l’embarquement et le traitement à l’arrivée, facilitant ainsi un passage plus fluide à l’entrée et à la sortie des aéroports. »

Les passagers peuvent faire partie de la solution

Il ajoute que les voyageurs peuvent également aider à accélérer le processus, en utilisant l’application ArriveCAN pour gagner du temps et éviter de déclencher une décision automatique selon laquelle tout passager sans ArriveCAN doit être traité comme un voyageur non vacciné, ce qui ralentit le processus d’arrivée.

De plus, « les voyageurs arrivant à l’aéroport international Pearson de Toronto et à l’aéroport international de Vancouver peuvent utiliser la déclaration avancée de l’ASFC sur la version Web d’ArriveCAN pour faire leur déclaration de douane et d’immigration jusqu’à 72 heures avant de voyager vers le Canada. Cela fera gagner du temps aux voyageurs lorsqu’ils arriveront à l’aéroport. Cette fonctionnalité sera intégrée à l’application mobile ArriveCAN cet été et sera également disponible dans d’autres aéroports du Canada au cours des prochains mois. »

On indique que toute personne de plus de 16 ans peut également utiliser le nouveau eGates à YYZ pour « vérifier son identité et soumettre sa déclaration de douane et d’immigration, ce qui améliorera la fluidité du trafic dans le hall d’arrivée du terminal 1 et accélérera le traitement ».