La distribution de coupons pour obtenir son passeport, nouvelle stratégie des autorités  

169
Douanes

La crise des passeports se poursuit dans les bureaux de Service Canada alors qu’on rapportait, au cours des derniers jours, plusieurs autres incidents et situations chaotiques dans plusieurs points de service de la province.

Le chroniqueur Mario Dumont, sa conjointe Marie-Claude Barrette, le journaliste Gary Lawrence… ils sont nombreux à s’insurger devant les longs délais d’attente pour obtenir leur passeport.

«Ils traitent le public comme du bétail», s’est désolé Mario Dumont cette semaine en entrevue avec TVA Nouvelles, après avoir passé la nuit en file pour un passeport.

Plusieurs voyageurs ayant déjà leur billet en main n’ont tout simplement pas pu partir, car ils n’ont pas réussi à obtenir leur document de voyage à temps.

Pour mieux gérer les délais d’attente, Service Canada a commencé à distribuer des coupons de rendez-vous, depuis sept heures, hier matin, aux voyageurs qui font la file depuis des jours devant les bureaux des passeports, ont rapporté divers médias.

Ces coupons sont accompagnés d’une plage horaire précise à laquelle le voyageur doit revenir en fonction de ses besoins spécifiques, par exemple le renouvellement de son passeport. Ce système par rendez-vous est uniquement accessible aux voyageurs qui doivent quitter dans 48 heures ou moins.

«Ce n’est pas possible de traiter 500 personnes dans un bureau dans une journée, alors c’est vraiment de prioriser les gens qui ont besoin de voyager d’une manière urgente», a affirmé la ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Karina Gould, également responsable de gérer la crise des passeports, en entrevue à La Presse.

Les agents de service doivent arriver à 7 h depuis hier (mercredi) pour donner des coupons aux voyageurs qui attendent, devant le nombre de demandes «sans précédent» de passeports qui découle de la levée des restrictions sanitaires.

Les files sont présentes devant les bureaux de passeport dans toutes les grandes villes du pays, mais c’est au Québec que la situation est la plus critique, a constaté La Presse.

La capacité de certains points de service est déjà dépassée, tel qu’observé par Radio-Canada qui s’est rendu au Complexe Guy-Favreau mercredi, jour du début de la distribution des coupons.

Vers 9 h, une fonctionnaire a dû annoncer que plus personne n’allait être accepté dans la journée et qu’il faudrait revenir le lendemain. Environ 80 billets de rendez-vous ont été distribués à ce point de service. Or, des centaines de personnes formaient une file autour du bâtiment. Plusieurs voyageurs avaient des vols à attraper dans la journée et n’ont pas pu obtenir leur passeport.

Paradoxalement, d’autres voyageurs avaient un vol à attraper ultérieurement et ont réussi à décrocher un rendez-vous.

Aucun dédommagement pour ceux qui sont forcés d’annuler leur plan

Les voyageurs qui n’ont pas réussi à avoir leur document à temps ne seront pas dédommagés, a déclaré la ministre Gould en mêlée de presse mercredi. «Non», a-t-elle répondu lorsque des journalistes l’ont interpellée sur cette hypothèse.

«C’est clair sur le site web que nous recommandons d’avoir un passeport [à jour] avant de faire un voyage, alors les délais aux bureaux de passeports ne sont pas une raison pour [demander et obtenir] un [dédommagement] du gouvernement du Canada», a-t-elle précisé.

«Une page du site Internet du gouvernement fédéral indique que les demandes présentées dans un bureau de Passeport Canada peuvent prendre jusqu’à deux semaines à être traitées et que celles faites dans un bureau de Service Canada peuvent prendre jusqu’à neuf semaines, sans compter le délai postal.»

Selon la ministre, les coupons permettront aux gens qui ont obtenu un rendez-vous de quitter la file pour revenir à leur heure de rendez-vous le jour même ou le lendemain.

Toujours en vue de désengorger les bureaux, les gestionnaires et les employés de Service Canada devront pour leur part renseigner les voyageurs dont le déplacement est moins urgent pour éviter qu’ils attendent devant leurs bureaux pour rien.

«C’est d’assurer que les gens qui font la file ont l’information dont ils ont besoin, a ajouté la ministre. Il y a des gens qui vont seulement pour faire la vérification du statut de leur passeport. Ce n’est pas nécessaire de faire la file pour ça.»

Ces personnes pourront obtenir des rendez-vous dans les jours suivants, a-t-on précisé au bureau de la ministre.

Avec les infos de Radio-Canada et La Presse