Aéroports & engorgements : « la seule solution, annuler des vols »

319

« Si le système ne peut pas prendre la quantité de voyageurs actuelle, il va falloir annuler des vols, réduire l’offre, le temps que le système retrouve son équilibre. On étudie la situation en ce moment, et ça va devenir la seule solution. »

Le pdg d’Aéroports de Montréal, Philippe Rainville, voit en l’annulation pure et simple des vols l’unique solution pour stopper l’hémorragie dans les aéroports en ce moment.

Il a confié ce matin à Radio-Canada que selon lui, il sera inévitable d’annuler des vols d’ici la mi-juillet, « si on veut donner un coup de pouce au système ».

Au tour des bagages…

Car la situation s’envenime. Il ne s’agit plus uniquement de files d’attente de passagers qui s’allongent. Le transport, la manutention et la livraison des bagages par les transporteurs aériens sont aussi de plus en plus problématiques.

« Nous avons fait tout ce que nous pouvions »

Très questionné en ce moment par les médias, le ministre des Transports Omar Alghabra a déclaré que si le gouvernement fédéral avait prévu un retour aux voyages, peu avaient prédit qu’une flambée allait se produire maintenant.

Le ministre souhaite toutefois tempérer : « 91% des passagers qui attendent actuellement dans les lignes de l’agence de sécurité du transport aérien sont traités en 15 minutes ou moins », qualifiant d’amélioration significative par rapport à il y a trois ou quatre semaines.

Il a ajouté : « de notre côté, nous avons fait tout ce que nous pouvions sous le contrôle du gouvernement fédéral. Maintenant, nous devons travailler avec les compagnies aériennes et les aéroports pour gérer les retards de vol et les problèmes de traitement des bagages, car nous avons besoin de la coopération des compagnies aériennes et des aéroports pour résoudre ces problèmes. »