Sunwing nie avoir négocié de mauvaise foi avec ses pilotes

218
Avion de Sunwing

Sunwing a réagi hier aux différents reportages médiatiques, y compris ceux d’Open Jaw, au sujet d’une plainte déposée par la section locale 7378 d’Unifor auprès du Conseil canadien des relations industrielles le 4 juillet dernier.

Les pilotes allèguent que la compagnie aérienne a négocié de mauvaise foi lors d’une récente ronde de négociations parce que Sunwing savait déjà que l’entreprise serait rachetée par WestJet.

Scott Doherty, porte-parole d’Unifor, a en outre déclaré que «l’accord avec WestJet avait été conclu en dépit des assurances données par la direction que la société n’était pas candidate à une vente ou à une fusion», ce qui constitue une «énorme gifle».

Sunwing dément ces allégations.

«L’allégation du syndicat selon laquelle Sunwing a été vendu à WestJet peu après la signature d’une convention collective renouvelée avec ses pilotes au début de 2021 est fausse», a réagi le transporteur dans un communiqué.

«Sunwing et le syndicat ont conclu une entente de principe lors de la négociation le 23 janvier 2021, ce qui était juste et raisonnable. La convention collective renouvelée a été ratifiée par un pourcentage écrasant des syndiqués qui ont voté le 12 février 2021. Plus d’un an plus tard, le 2 mars 2022, WestJet a annoncé une entente en vertu de laquelle le Groupe WestJet ferait l’acquisition de Vacances Sunwing et de Sunwing Airlines. La transaction proposée demeure conditionnelle à l’approbation réglementaire.

«La plainte est sans fondement, a été déposée au-delà des délais prescrits et sera vigoureusement défendue.

«Sunwing Airlines accorde de l’importance à tous ses employés, qui sont essentiels pour aider nos clients à réaliser leurs rêves de vacances. Nos pilotes sont indispensables à nos opérations. Sunwing Airlines continuera de promouvoir de bonne foi des relations de travail positives à mesure qu’un plus grand nombre de ses clients recommenceront à voyager et que nos activités seront pleinement rétablies après la pandémie.»