Ratification des conventions collectives entre Via Rail et Unifor

122
Photo: Via Rail

À la suite des ententes de principe conclues le 12 juillet 2022, VIA Rail Canada annonce la ratification des conventions collectives de quelque 2 400 employés de VIA Rail travaillant dans ses gares, à bord de ses trains, dans ses centres de maintenance, au Centre à la clientèle de VIA et dans ses bureaux administratifs.

Les conventions collectives 1, 2 et 3 pour les membres du Conseil 4000 et de la section locale 100 d’Unifor seront rétroactives au 1er janvier 2022 et en vigueur jusqu’au 31 décembre 2024, a précisé la compagnie.

« Nous sommes ravis de la ratification de ces ententes mutuellement avantageuses qui assureront la stabilité pour les trois prochaines années, ainsi qu’une plus grande souplesse pour poursuivre activement la reprise de nos services et faire avancer les importants projets de modernisation de VIA Rail », a déclaré Martine Rivard, chef de la direction Expérience employée de VIA Rail.

« Je suis reconnaissante du travail acharné des deux équipes de négociation et j’aimerais particulièrement remercier le négociateur en chef d’Unifor, Scott Doherty, et reconnaître les conseils des conciliateurs qui ont contribué à ce résultat positif pour nos employés et nos passagers. »

La compagnie ajoute que les employés de VIA Rail ont connu « des difficultés sans précédent » au cours des deux dernières années.

« Lors qu’ils ont été appelés, ils sont restés professionnels et ont continué d’offrir le service de haute qualité qui fait la réputation de VIA Rail. Alors que la crise sanitaire a eu un impact dramatique sur l’industrie du voyage, de nombreux employés ont été mis à pied et les employés syndiqués ont connu des augmentations de 0 % en 2020 et de 2 % en 2021.

« Les ententes actuelles permettront aux employés de rattraper leur retard post- pandémie avec une augmentation salariale de 5,5 % en 2022, une augmentation de 3,5 % en 2023 et une augmentation de 2,5 % en 2024, pour une augmentation salariale moyenne sur trois ans de 3,83 %. Ils comprennent également des révisions de diverses règles de travail et une collaboration plus étroite sur les questions de diversité et d’inclusion. »