L’Allemagne fait pression pour introduire un modèle « pay as you fly »

215
Lufthansa

À la suite de l’annulation de milliers de vols cet été, le Land allemand de Basse-Saxe, dans le nord-ouest du pays, propose de supprimer le paiement anticipé pour les réservations de vols.

À la place, le ministre des Transports de l’État, Bernd Althusmann, a réitéré sa proposition d’introduire un modèle « pay as you fly » (PAYF), selon lequel le paiement des billets d’avion serait traité lors de l’enregistrement.

Selon ce modèle, les passagers n’auraient pas à payer à l’avance pour un vol qu’ils ne seraient pas certains de prendre.

D’après le Business Travel News Europe, le ministère fédéral de l’Environnement et de la Protection des consommateurs a salué l’initiative, qui pourrait être à l’ordre du jour du prochain Conseil fédéral prévu le 16 septembre, selon un rapport du journal économique allemand Handelblatt.

« La mise en œuvre de notre initiative n’entraînerait que des coûts supplémentaires mineurs pour les compagnies aériennes. D’un autre côté, les voyageurs seraient épargnés de bien des tracas », a déclaré le ministre Althusmann au Handelblatt, faisant référence aux longs retards subis par les voyageurs lorsqu’ils demandent un remboursement.

L’Association allemande des voyages d’affaires (VDR), qui plaide pour un modèle PAYF depuis 2021, a également salué cette décision.

Le président de VDR, Christoph Carnier, a déclaré : « Le paiement anticipé pour les voyages en avion est une norme obsolète qui devrait être remplacée par un paiement électronique en temps opportun. »

« Cela correspondrait non seulement aux intérêts légitimes des consommateurs, mais les compagnies aériennes pourraient également rendre les processus actuels plus efficaces, voire les éliminer », a-t-il ajouté.

« La bureaucratie qui en résulterait pour annuler les réservations de billets et transférer l’argent serait terminée. »

La compagnie Lufthansa a introduit le modèle PAYF pour les entreprises clientes en mars 2021. Les tarifs sont plus élevés et le processus de réservation est un peu différent, mais VDR recommande aux autres transporteurs d’emboîter le pas à Lufthansa. Cela permettrait aux fournisseurs d’acquérir de l’expérience, avant un déploiement plus large de la méthode.

Le président de VDR recommande toutefois de veiller à ce que la mesure soit également appliquée par d’autres transporteurs, voire à une échelle mondiale, pour éviter d’éventuelles conséquences négatives.

« Faire cavalier seul en Allemagne pourrait être une étape importante, mais cela devrait être soigneusement élaboré, en tenant compte de toutes les conséquences, afin d’exclure d’éventuelles conséquences négatives », a-t-il déclaré.