Le ministre Alghabra présente le Plan d’action climatique de l’aviation du Canada

97

Cette semaine (27 septembre), le ministre des Transports du Canada, Omar Alghabra, a annoncé la publication du Plan d’action climatique de l’aviation du Canada (2022-2030).

Le plan d’action présente un objectif de carboneutralité d’ici 2050 pour le secteur de l’aviation canadien.

Selon Transports Canada, le plan d’action:

-fixe un objectif intentionnellement ambitieux de 10 % pour l’utilisation de carburant d’aviation durable d’ici 2030 afin de faire savoir clairement que le Canada et le secteur de l’aviation reconnaissent la nécessité de volumes importants de carburant d’aviation durable pour atteindre son objectif de carboneutralité d’ici 2050;

-inclut les principales trajectoires et mesures sur lesquelles le gouvernement du Canada et le secteur de l’aviation ont l’intention de travailler pour accroître l’efficacité et réduire la pollution des activités aériennes dans le cadre de ce plan.

« Depuis plus d’une décennie, le gouvernement du Canada et le secteur de l’aviation collaborent pour réduire la pollution qui contribue aux changements climatiques, explique le ministre dans un communiqué. Transports Canada a renouvelé ce plan d’action de manière collaborative avec ses partenaires fédéraux et le secteur de l’aviation. »

« Ce nouveau plan d’action est un premier pas important vers l’objectif de carboneutralité, ouvrant la voie au gouvernement du Canada et au secteur de l’aviation pour mettre en place une gamme de mesures visant à garantir que l’aviation puisse continuer à fournir aux Canadiens un niveau de service tout en orientant le secteur vers un avenir durable. »

« Ce plan servira également de base sur laquelle le gouvernement du Canada s’appuiera pour mobiliser davantage les intervenants, les principaux experts et le public sur la voie la plus efficace et la plus équitable vers la réalisation de cet objectif. Le Plan d’action climatique de l’aviation du Canada fera l’objet d’une série de mises à jour, la première en 2024, qui comprendront la réévaluation des prévisions à long terme, le renforcement des engagements à court terme, la fixation d’objectifs intermédiaires et la garantie d’une harmonisation continue avec les engagements du Canada en matière de changements climatiques. »