Le Canada accuse les États-Unis de tenir le programme NEXUS «en otage»

327
Programme Nexus

Le fait que le gouvernement américain prenne du temps à remettre le programme NEXUS sur les rails prend une tournure amère.

La fermeture prolongée des 13 centres d’inscription au programme NEXUS au Canada n’augure rien de bon pour les relations entre les deux pays.

Le programme NEXUS est utile pour les voyageurs fréquents entre le Canada et les États-Unis, car il accélère le traitement des voyageurs présélectionnés qui peuvent traverser la frontière plus rapidement grâce à ce programme.

Cela fait plusieurs mois qu’Open Jaw rapporte que les États-Unis ont retardé la réouverture des bureaux NEXUS au Canada, malgré la reprise de l’industrie du voyage.

Les États-Unis ont fermé les bureaux canadiens qui traitent les demandes, car ils exigent que des modifications soient apportées au programme.

Pendant ce temps, les arriérés et délais de traitement s’accumulent, autant pour les nouvelles demandes que pour les renouvellements – on parle de plus de centaines de milliers de demandes en retard.

Tel que l’a rapporté Open Jaw, au début du mois d’août, il y avait déjà plus de 300 000 candidats NEXUS en attente d’un entretien obligatoire dans le cadre du processus de candidature.

Le mois dernier, les membres «voyageurs de confiance NEXUS» approuvés sous conditions qui ont présenté une nouvelle demande d’adhésion avant la date d’expiration de leur carte ont apparemment bénéficié d’un délai de grâce de cinq ans pour terminer leur entretien et recevoir une nouvelle carte.

Rien pour aider les nouveaux candidats.

Les parties prenantes des deux côtés de la frontière ont fait pression sur le gouvernement américain pour que le programme NEXUS fonctionne à nouveau à plein régime afin de faciliter le redémarrage des voyages d’agrément et commerciaux des deux côtés de la frontière.

La semaine dernière, CTVNews rapportait que le PDG du Conseil canadien des affaires avait envoyé une lettre à l’ambassadeur des États-Unis au Canada, David Cohen, qualifiant la fermeture prolongée des 13 bureaux américains de NEXUS au Canada de «profondément troublante».

La situation a dégénéré à un tel point que l’ambassadrice du Canada à Washington, Kirsten Hillman, a déclaré:

«Je vais être super peu diplomatique et directe ici parce que je pense que c’est parfois important pour les amis.»

«Le programme [NEXUS] est pris en otage. … C’est décevant et frustrant pour nous.»

Elle a exprimé ces sentiments en présence de nombreux représentants du gouvernement et de l’industrie lors d’une conférence organisée à l’ambassade du Canada à Washington par la Future Borders Coalition.

Le commissaire des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, Chris Magnus, figurait parmi les invités.