Luxembourg : « il faut se départir des clichés »

303

« Oui, au Luxembourg, le transport public est gratuit. Mais c’est un détail. Nous sommes un pays riche? Oui, mais nous sommes plus que ça. Nous sommes une place financière? Peut-être. Mais il faut se départir de ces clichés. Ces clichés ne servent pas les touristes. Véhiculer que nous sommes un petit pays qui veut survivre dans la grande Europe, ça, ça peut intéresser les touristes. »

Monsieur le Consul général du Grand-Duché de Luxembourg, Paul Steinmetz, basé au Consulat général à New York, rencontrait les médias de l’industrie du voyage et quelques conseillers, vendredi dernier à Montréal.

Sa visite dans notre métropole québécoise n’était pas un hasard. Le Luxembourg est le pays d’honneur du Festival de films francophones Cinémania qui se déroule actuellement entre autres à la Cinémathèque québécoise de Montréal. Plusieurs dignitaires du Luxembourg sont venus saluer l’événement et certains en ont profité pour faire valoir plusieurs secteurs du pays, dont le tourisme.

Pour un pays qui n’a pas de bureau de représentation à l’étranger pour faire valoir ses attraits touristiques, ce festival est certainement, en effet, une occasion parfaite pour débarquer en ville, passer devant les projecteurs qui sont déjà allumés et lancer un message au public qu’il fait bon y faire du tourisme.

Monsieur le Consul général du Grand-Duché de Luxembourg, Paul Steinmetz, qui s’adresse aux invités

Monsieur le Consul a donc pris le micro pour faire valoir les atouts de son pays auprès des voyageurs et, du même coup, lancer cet appel à regarder dans une autre direction que celle des clichés.

« Vous avez failli entendre parler que le Luxembourg a été le premier pays à légaliser le haschich, mais on a été dépassés par le Canada, les États-Unis et maintenant l’Allemagne! Mais on va inventer d’autres nouveaux créneaux. Les petits pays sont condamnés à être un peu plus smarts et plus rapides que les grands pays. Et c’est ça aussi qui fait l’identité luxembourgeoise.

« On sait qu’on est fragiles par nature puisqu’on est petits et qu’on dépend de la main-d’œuvre étrangère. Donc on est ouverts et bien conscients de notre identité, et on évolue en conséquence. »

« On ne se fait pas d’illusion »

Monsieur le Consul Paul Steinmetz a poursuivi son allocution :

« On ne se fait pas d’illusion. Les touristes ne viennent pas en Europe uniquement pour visiter le Luxembourg. Mais nous souhaitons qu’ils y restent plus longtemps que la durée moyenne actuelle de 2 jours.

« Le Luxembourg, ce n’est ni l’Allemagne, ni la France, ni quelque chose de médiocre qui ressemble à une moyenne entre les deux. C’est un pays très particulier. C’est une culture des ouvriers et des paysans. Le pays a longtemps été un pays agricole, et nous respectons le travail de la terre.

« Cela dit, le pays a complètement changé. La sidérurgie, les services, la finance, la recherche sont arrivés après. Aujourd’hui, on est actifs dans le domaine spatial, l’automobile, le Digital Health. Le pays met l’accent sur les meilleurs talents.

« Les voyageurs qui viennent au Luxembourg ont droit à une très bonne qualité du service, de très beaux paysages, une gastronomie très fine. »

Le Luxembourg selon le Luxembourg :

-une terre d’immigration tolérante

-un pays de diversité humaine qui fait valoir la diversité humaine

-4 200 touristes canadiens en 2019

-une durée moyenne du séjour des visiteurs de 2 jours

-un microcosme de l’Europe

Les atouts du Luxembourg, selon les représentants du tourisme :

-on y parle le français (entre autres nombreuses langues)

-une ambiance calme et paisible

-absence de frontière avec les pays européens

-position stratégique au centre de l’Europe, entourée de pays déjà très attirants pour les touristes : France, Allemagne, Belgique

-gratuité des transports publics (pas les taxis tout de même!)

-les châteaux

-les balades en nature

-les dégustations de vins

-Luxembourg-ville est directement reliée à Paris par le TGV.

Comment le Luxembourg se taille une place et travaille avec l’industrie

« S’associer à un événement comme le Festival Cinémania est une belle occasion pour nous de compléter l’image du Luxembourg comme source de bonnes nouvelles » a ajouté Sebastian Reddeker, directeur de l’Office du tourisme du Luxembourg, également présent pour rencontrer les invités.

Sebastian Reddeker

« Il y a plusieurs années, nous avions un bureau à New York. Mais il a été fermé, comme tous les bureaux dans le monde. Nous travaillons avec des agences spécialisées dans le monde, mais essentiellement, tout le travail se fait à partir du Luxembourg.

« Par contre, nous avons des représentations diplomatiques dans certains pays. Et si une aide est nécessaire, ces représentations diplomatiques assurent le suivi. Par exemple, en Amérique du Nord, notre consulat à New York peut offrir un certain soutien pour le volet tourisme. »

« Malgré l’absence d’une ambassade du Luxembourg à Ottawa, les relations entre le Luxembourg et le Canada sont excellentes, a poursuivi Monsieur le Consul Paul Steinmetz. Le Luxembourg est également reconnaissant envers le Canada pour leur collaboration dans la lutte pour sauver l’indépendance des pays européens. »

Partenariat avec les pays limitrophes

Patrick Even

Le Luxembourg ne se raconte pas des histoires. Il sait que les voyageurs ne vont pas sauter dans un avion, un train ou une voiture pour aller visiter exclusivement le Luxembourg. « Les voyageurs vont combiner notre pays avec un autre, que ce soit la France, la Belgique ou l’Allemagne, a expliqué Patrick Even, responsable des relations d’affaires pour le compte de l’Office du tourisme du Luxembourg. Et c’est bien. Nous le savons et c’est pourquoi nous travaillons beaucoup avec ces pays limitrophes. Nous faisons de la promotion ensemble. »

« Nous travaillons aussi avec les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suisse, a poursuivi Sebastian Reddeker. Quand nous faisons des promotions, c’est toujours en compagnie de nos pays partenaires. Ce peut aussi être avec une région de ces pays. L’idée est d’associer nos forces. Nous travaillons aussi à ce que le Luxembourg soit intégré dans les forfaits offerts par les tours opérateurs qui combinent plusieurs destinations en Europe. »

L’heure est au multiculturalisme

Comme le font bien des destinations dans le monde, le Luxembourg mise sur son multiculturalisme pour faire valoir son attrait.

« 47 % des gens qui composent notre population sont issus de l’immigration et 200 000 personnes provenant des pays limitrophes viennent dans notre pays chaque jour pour y travailler, a ajouté Monsieur Even. Et dans la ville de Luxembourg, 170 nationalités sont représentées. C’est important pour nous de le faire valoir car nous avons besoin des personnes immigrantes pour notre économie. »

« Le Luxembourg intègre la culture française mais aussi belge et allemande, a poursuivi Monsieur Reddeker. Tout ça fait une ambiance de vie très moderne où la culture est très développée. Notre territoire fait que 2 500 km carrés, et notre paysage est très varié.

« Ce que nous avons d’autre à offrir, ce sont des montagnes, des châteaux dans tout le pays, la vallée de la Moselle et ses vignobles, beaucoup d’infrastructures de randonnée à vélo et notre grand palais ducal que le public peut visiter en été. »

Photos : Isabelle Chagnon