Ponant met les projecteurs sur le Commandant Charcot

320

Tout le monde salivait. Bouche bée. Verre de vin à la main figée. À la limite convaincu qu’on n’avait plus d’affaire à Montréal. Qu’on devrait tous, là maintenant, aller naviguer sur un navire Ponant…

La Place des Arts a accueilli des dizaines d’agences, tours opérateurs et médias, vendredi soir, à l’occasion d’une soirée présentation-traiteur concoctée par la compagnie de croisière Ponant, et les arts dans la place avaient deux noms : Frédéric Jansen et Commandant Charcot.

Le premier a été directeur de croisière pendant 20 ans chez Ponant mais aussi pour le compte d’autres compagnies de croisière. Frédéric Jansen a aujourd’hui un job de rêve : Ambassadeur. Pour Ponant. À son agenda : voyager à travers le monde pour faire valoir les navires et les croisières de Ponant, et mettre du piquant durant les événements.

Nom: Frédéric Jansen. Profession de rêve: Ambassadeur de Ponant dans le monde

Sa prestation d’hier a marqué l’imaginaire. Pas de fla-fla, juste du bla-bla. Quelques images. Mais ce fut marquant : en 30 minutes d’exposé oral, Frédéric nous a fait faire le tour des plus belles régions et merveilles du monde à bord des bateaux parmi les plus beaux de cette industrie.

Et le public était là, refoulant des envies de monter d’urgence à bord de Ponant.

Le second est la grande nouveauté de la compagnie. « Le Commandant Charcot est notre plus récente nouveauté. Nous sommes très fiers de venir vous le présenter! » a confié Theresa Gatta, vice-présidente des ventes Amérique-du-Nord chez Ponant, basée à New-York, à Open Jaw Québec.

« Ce navire a plusieurs particularités : il est un brise-glace, il est dirigé par des satellites pour sa navigation et il a deux passerelles. Car un brise-glace qui brise et s’immisce dans la glace ne peut pas virer de bord pour rebrousser chemin et poursuivre son itinéraire. C’est pourquoi il a deux passerelles, pour naviguer vers l’avant et naviguer vers l’arrière. »

Theresa Gatta (v-p ventes Amérique du Nord chez Ponant), Nathalie Langevin (conseillère en voyage chez Ponant) et Olga Sebestova (responsable du marketing de la marque Ponant, chez Cruise Strategies)

À la lumière des explications de Madame Gatta, il semble qu’un coup de génie ait trébuché sur la table à dessin des concepteurs du Commandant Charcot : aménager les extérieurs du navire avec ce qu’il faut pour éviter que les passagers s’enferment à l’intérieur. « Pour que la croisière dans les régions polaires soit un succès, nous avons fait ce qu’il faut pour que le passager soit encouragé à sortir à l’extérieur. Par exemple, tous les balcons, le pont extérieur et la zone d’observation extérieure sont chauffés par un système de recyclage de l’énergie » nous a expliqués Theresa Gatta.

Arctique et Antarctique : étendards Ponant pour un pari audacieux

Durant l’entrevue qu’Open Jaw Québec a réalisée avec l’Ambassadeur et durant la présentation offerte aux invités, l’Arctique et l’Antarctique ont occupé une très grande place. Pour illustrer les meilleurs bons coups Ponant, l’Antarctique a été citée. Pour exprimer les plus profondes philosophies Ponant, l’Arctique a été soulignée.

Le début de la carrière du Commandant Charcot est en partie responsable, mais néanmoins, n’est-ce pas une démarche très audacieuse? Certes ce navire semble du tonnerre et dispose d’un atout qui fait un beau pied-de-nez à la concurrence – la coque est un brise-glace – il n’en demeure pas moins que la facture d’une croisière à bord du Commandant Charcot est parfois supérieure au salaire moyen annuel actuel du Québécois moyen.

Cela dit, nous avons posé la question : pourquoi l’Arctique et l’Antarctique sont-elles autant montrer en exemple pour illustrer le portfolio Ponant?

« Ce sont des destinations où jamais, les gens en général et moi-même d’ailleurs, n’auraient pensé aller un jour. Elles incarnent le rêve d’une région du monde où il faut aller au moins une fois dans sa vie » nous a expliqués l’Ambassadeur.

Scan the QR code to view and order all…

Incorrigible France : le Québec a beau se faire offrir un beau cadeau, avec la création du poste de manager of business development for Quebec, Canada at Ponant, et dont les clés ont été remises à Erica Barbour, Québécoise qui a travaillé plusieurs années sur les bateaux Ponant et dans les bureaux Ponant à Marseille, la compagnie a effectué hier soir une distribution d’une special offer for our partners to thank you, d’un voyage calendar January 2023 to April 2024 et de la brochure Small-ship expeditions to inspire your senses 2023.

Il y a eu, durant la soirée, plusieurs rappels à l’effet que Ponant est une compagnie française fière qui offre des croisières en français et qui séduit les francophiles, mais on n’y a pas échappé : les agents du Québec doivent encore se soumettre à la langue anglaise dans leur quête d’information.

Erica Barbour

Madame Barbour s’est toutefois faite rassurante: « tous les conseillers sont invités à me contacter. Je suis là pour les aider. C’est ma raison d’occuper ce nouveau poste depuis juillet, pour le marché québécois. »

Ponant aujourd’hui :

12 navires

Un 13ème avec le Paul Gauguin qui s’amuse en Polynésie française

Un 14ème en construction, un modèle « 0 émission » (sa date d’inauguration n’est pas encore officialisée, mais on parle autour de 2025)

40 % des ventes concernent des croisières polaires (Arctique et en Antarctique)

60 % des ventes restantes concernent le reste du monde.

Photos : Isabelle Chagnon