Europe : des stations de ski fermées faute de neige

728
Capture d’écran vidéo Euronews: Sven Hoppe, www.dpa.de. Alle Rechte vorbehalten

En mars 2022, Open Jaw Québec publiait cet article intitulé Vacances de ski & neige : les belles années sont-elles comptées? C’est que l’hiver 2021-2022 avait donné des signes inquiétants de manque de neige. Mais voilà : le début de l’hiver 2022-2023 actuel enfonce le clou encore plus.

Les médias européens rapportent actuellement des scénarios à pleurer :

« Des stations de ski plus vertes que blanches. Partout dans le Alpes, le constat est le même, la neige manque cruellement en raison des températures anormalement élevées pour la saison » rapporte Euronews.

« C’est un déchirement : en Isère, les stations de ski ferment les unes après les autres faute d’enneigement » annonce France 3. « La neige se fait rare cet hiver en France, surtout dans les stations de moyenne montagne. En Isère, de plus en plus de domaines skiables sont contraints de fermer leurs remontées mécaniques faute d’enneigement suffisant. »

Et cette triste réalité a des échos jusqu’ici : « les stations de ski européennes fermées faute de neige » titre CNN Travel. « Les stations de ski des Alpes, en particulier celles des basses régions, ont temporairement fermé leurs pistes, car ce temps chaud, associé à des pluies torrentielles, efface les chutes de neige de décembre. »

La France est solidement impactée

« Selon le dernier décompte de Domaines Skiables de France, ce sont près de la moitié des pistes de ski françaises qui sont actuellement fermées en raison du manque de neige, en raison d’un phénomène conjoint de redoux et de fortes pluies observé depuis une dizaine de jours. Sur les Deux Savoie, qui regroupent 112 stations et 72% de l’offre de ski française, le chiffre serait légèrement meilleur, avec 60% des pistes ouvertes » nous annonce La Tribune Auvergne-Rhône-Alpes.

Mutation des vacances à la neige

La tendance lourde du manque de neige dresse la table aux plans B dans les domaines skiables, mais aussi aux polémiques :

« Face au manque de neige dans les Alpes du Nord, les stations de ski sont parfois obligées de se renouveler pour ne pas perdre de vacanciers. Prix réduits, ouvertures décalées, diversification des activités… Voici comment elles s’adaptent en attendant l’or blanc » rapporte TF1 Info.

Il y a deux jours, Le Monde abordait le sujet ainsi : « Branle-bas de combat à Combloux. La semaine du 26 décembre 2022 au 1er janvier, dans cette station de ski de Haute-Savoie, on a dû ressortir les jeux gonflables, les calèches, les « mountain trottinettes », organiser au débotté des ateliers de maquillage pour les enfants… Il fallait bien occuper les vacanciers, privés de ski depuis le 24 décembre 2022. En quelques jours, le manteau blanc a fondu, les pluies ont lessivé le massif, et avec ces températures très douces impossible de faire tourner les canons à neige. »

« Autour du lac d’Annecy, les montagnes sont dépourvues de neige tout comme les stations environnantes. Les vacanciers se rabattent sur la visite de la vieille ville et s’interrogent. Peut-on encore skier quand il fait plus de 12°C et que même la neige artificielle ne tient pas ? La station de La Clusaz est devenue le symbole de cette bataille polémique entre ceux qui veulent faire durer le ski et ceux qui veulent rendre la montagne durable » relate Novethic.

Et au Canada?

« Le temps plus chaud déclenche des avertissements d’avalanche pour Banff et plusieurs parcs nationaux de la Colombie-Britannique » titrait il y a quelques jours le Calgary Herald.

« La récente variation de température a déstabilisé un manteau neigeux déjà faible dans plusieurs régions le long de la frontière entre l’Alberta et la Colombie-Britannique.

« Ce risque a incité Avalanche Canada à émettre un avertissement public spécial d’avalanche pour une grande partie de l’intérieur de la Colombie-Britannique et certaines régions de l’ouest de l’Alberta. »

Cet avertissement général a couvert les parcs nationaux des Glaciers et du Mont-Revelstoke ainsi qu’une grande partie des chaînes de montagnes Columbia et Northern Rockies en Colombie-Britannique. L’avertissement avait également été étendu aux parcs nationaux de Banff, Yoho, Kootenay et Jasper.