Une porte condamnée et camouflée responsable des 171 Boeing Max 9 cloués au sol

Depuis vendredi dernier, 171 avions Boeing Max 9 sur les 218 en circulation dans le monde sont cloués au sol. Un branle-bas d’inspection en cours a révélé qu’une porte condamnée et camouflée derrière une cloison est à l’origine de l’auto-éjection d’un pan de la carlingue, en plein vol, d’un avion MAX 9 d’Alaska Airlines.

Photo: Reuters / Instagram / @strawberrvy

C’est l’Agence fédérale américaine de l’aviation civile qui a ordonné cette inspection générale d’urgence. Notons que la compagnie Alaska Airlines avait elle-même décidé de clouer au sol toute sa flotte de Boeing 737 MAX 9, soit 65 appareils, immédiatement après cet incident « qui ravive les inquiétudes au sujet de la sécurité des 737 MAX » rapporte Radio-Canada.

Quelles compagnies aériennes sont visées?

Selon les informations obtenues, United Airlines et Alaska Airlines sont les transporteurs aériens qui possèdent les flottes les plus importantes de ces appareils.

Trois autres compagnies aériennes possèdent des exemplaires du 737 MAX 9 : Icelandair, Turkish Airlines et Aeromexico.

Turkish Airlines

Ce n’est qu’hier dimanche que Turkish Airlines a pris la décision de clouer au sol les cinq 737 Max 9 qu’elle possède.

Aeromexico

Aeroméxico a décidé de clouer au sol tous ses 737 MAX 9 jusqu’à ce que les vérifications aient été effectuées.

Icelandair

Icelandair a fait savoir qu’aucun des 737 MAX 9 qu’elle possède n’ont une configuration qui correspond à celle qui est visée par la directive de l’Agence fédérale américaine de l’aviation civile.

Pour sa part, le site Internet FlightAware.com indique que 467 vols d’Alaska Airlines ont été annulés depuis samedi, tandis que United en a annulé 589.

Et les compagnies canadiennes dans tout ça?

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, « en réaction à cet incident, les compagnies aériennes canadiennes ont affirmé que leur flotte ne compte pas d’appareils 737 MAX 9 de Boeing.

« Les transporteurs canadiens comme Air Canada, WestJet, Flair Airlines ou Lynx Air disent avoir des 737 MAX 8 dans leur flotte, un modèle qui ne comporte pas de porte de sortie à la mi-cabine, contrairement au MAX 9. »

« Air Canada ne possède que la version Boeing 737-8 de l’avion MAX dans sa flotte. Nous avons 40 de ces appareils et ils ont fonctionné de façon très fiable avec un excellent dossier de sécurité », a déclaré un porte-parole d’Air Canada à CTV. « La configuration de la porte de sortie au milieu de la cabine ne s’applique qu’au 737 MAX 9 et n’est pas présente sur notre 737 MAX 8. »

WestJet a fait une déclaration similaire:

« Je peux confirmer que WestJet n’exploite aucun appareil MAX 9 et que le MAX 8 que nous exploitons n’a pas la même porte que celle en cause dans cet événement », a déclaré un porte-parole de la compagnie aérienne à CTV. « WestJet reste en communication constante avec le fabricant et l’organisme de réglementation pour s’assurer qu’il n’y a pas d’impact spécifique sur la flotte MAX 8. »

Coup de chance dans la malchance

La première bonne nouvelle dans cet incident, c’est qu’aucun passager du vol 1282 d’Alaska Airlines, qui avait décollé de l’aéroport de Portland, dans l’État américain de l’Oregon, vendredi 5 janvier en soirée, n’a été blessé.

Les médias rapportent que des vêtements ont été arrachés du corps des passagers et que la force du vent pénétrant soudainement dans la partie ouverte de l’avion a même arraché l’oreillette de l’un des pilotes.

La deuxième bonne nouvelle, c’est que le pan de la carlingue qui s’est éjecté de l’avion a été retrouvé, et permettra ainsi d’être analysé pour les fins d’enquête. Ce pan s’était retrouvé dans le jardin d’une résidence dans la ville de Portland.

Un modèle d’avion qui fait encore jaser

Sans doute seule la mention du nom « MAX » en fait frémir plus d’un, encore, en ce moment. Car souvenons-nous qu’en mars 2019, les espaces aériens de plusieurs pays avaient été fermés au Boeing 737 MAX 8, après que deux catastrophes aériennes soient survenues, l’une en Indonésie, l’autre en Éthiopie. Il aura fallu presque deux ans pour que le Boeing 737 MAX 8 puisse reprendre sa place dans le ciel.

Soulignons qu’il y a les versions MAX 8, MAX 9 et MAX 10. La petite histoire qui a beaucoup fait jaser sur ces modèles, c’est qu’ils ont vu le jour après que Boeing ait décidé de peaufiner le 737 pour créer le MAX. Cette décision avait été prise par Boeing dans le but de demeurer compétitif – en accélérant la livraison d’avions – face à son rival Airbus, qui venait de créer une version plus économe en carburant avec son A320.

Article précédentNouvelle entente de principe conclue entre Air Transat et le syndicat
Prochain articleJetlines étend sa flotte avec la location de deux nouveaux Airbus A320
Détentrice d’un baccalauréat en journalisme de l’Université Laval, Isabelle débute sa carrière de journaliste en voyage en 1995. Ses articles et reportages ont voyagé dans les magazines L’agent de voyages, Voyager et Tourisme Plus, Atmosphère d’Air Transat et le Journal Le Devoir, entre autres. Elle est co-autrice de quatre guides chez Rudel Médias (25 destinations soleil pour les vacances) et aux Éditions Ulysse (Voyager avec des enfants, Fabuleux Alaska/Yukon, Longs séjours à l’étranger). Depuis 2006 aussi, elle présente des conférences devant public.