Trinidad : la ville cubaine peut-elle faire courir les visiteurs?

La Plaza Mayor, dans le quartier historique de Trinidad. Photo: Isabelle Chagnon

Dossier. Connaissez-vous l’histoire du cadavre du palais de Trinidad? Saviez-vous que les pierres qui pavent les rues du centre historique de la ville proviennent de Boston, aux États-Unis? Qu’une discothèque, la Disco Ayala, y est aménagée dans une grotte? Qu’un concours de chants de l’oiseau Negrito a lieu en juillet dans un parc?

Quand on séjourne au Melia Trinidad Peninsula, on peut parcourir 14 km seulement et se retrouver dans une ville qui est, selon les connaisseurs, l’un des meilleurs exemples de ce à quoi Cuba ressemblait autrefois : Trinidad.

L’UNESCO lui a offert son sceau officiel en 1988, et depuis, l’organisation internationale soutient financièrement la ville pour que les pinceaux continuent d’étaler les couleurs et que là où il le faut, les murs soient maintenus debout.

Trinidad, bien urbaine! Photo: Isabelle Chagnon

Trois options pour la clientèle du Melia

Les clients du Melia Trinidad Peninsula ont trois options à leur disposition pour aller découvrir Trinidad : soit ils prennent un taxi (environ 20 $US/aller), soit ils montent à bord de l’autobus public (5$US), soit ils participent à une excursion offerte par Nexus (Sunwing) qui, pour 65 $US, comprend le tour de ville, arrêt à un belvédère et un ancien site de production de canne à sucre, un.e guide accompagnateur.rice, le repas du midi, une dégustation de l’incontournable canchanchara (cocktail inventé à Trinidad, composé de rhum, citron, miel et glace).

Open Jaw Québec a eu l’occasion d’expérimenter l’excursion guidée et a fait connaissance avec Odialys, une guide qui s’exprime dans un français excellent.

C’est durant une pause dans le quartier historique de Trinidad qu’elle nous a raconté cette histoire :

« Un richissime seigneur qui venait tout juste de terminer la construction de son magnifique palais, a décidé, finalement, de ne jamais l’habiter. Pourquoi? Le jour d’inauguration de son palais, il pleuvait. Des passants qui se dirigeaient vers le cimetière pour aller y enterrer la dépouille d’un des leurs qu’ils tiraient derrière eux, ont voulu se protéger de la pluie en allant se réfugier dans le palais. Le seigneur a vu la scène, puis déclara : « jamais je n’habiterai un endroit où le premier visiteur aura été un cadavre! » »

C’est tout ça et plus, Trinidad.

Trinidad en couleurs, pierres et silhouettes… photo: Isabelle Chagnon

Photos : Isabelle Chagnon

Pour accéder à tous les articles qui composent ce dossier spécial sur le Melia Trinidad Peninsula, les voici :

Édition spéciale : Open Jaw Québec a testé le nouveau Melia Trinidad Peninsula, à Cuba

Ce que vos clients et vous, conseillers, devez savoir sur l’hôtel Melia Trinidad Peninsula

Melia Trinidad Peninsula : un hôtel, deux catégories de chambres. Quelles sont les différences?

Témoignages de Québécois : «50% des commentaires que j’avais lu sur le Melia Trinidad Peninsula s’avèrent non fondés»

Comment vendre le Melia Trinidad Peninsula, selon Nancy Deslandes, conseillère

Pour visionner nos 11 vidéos tournées durant notre séjour, consultez notre page Facebook, semaine du 26 février 2024.

Notre journaliste était l’invitée du Groupe de voyage Sunwing.

Article précédentVacances Air Canada présente sa nouvelle offre de circuits en Australie
Prochain articleComment vendre le Melia Trinidad Peninsula, selon Nancy Deslandes, conseillère
Détentrice d’un baccalauréat en journalisme de l’Université Laval, Isabelle débute sa carrière de journaliste en voyage en 1995. Ses articles et reportages ont voyagé dans les magazines L’agent de voyages, Voyager et Tourisme Plus, Atmosphère d’Air Transat et le Journal Le Devoir, entre autres. Elle est co-autrice de quatre guides chez Rudel Médias (25 destinations soleil pour les vacances) et aux Éditions Ulysse (Voyager avec des enfants, Fabuleux Alaska/Yukon, Longs séjours à l’étranger). Depuis 2006 aussi, elle présente des conférences devant public.