« Stop! Arrêtez de construire des hôtels! »

Le sur-tourisme qui se traduit par des effets indésirables dans certaines destinations, pousse maintenant des communautés à faire pression pour que soient stoppés net les projets de construction d’hôtels.

Envahissement de l’espace public, c’est là la description du contexte dans lequel vivent les populations qui habitent dans des joyaux qui attirent les touristes par millions.

Mais le touriste, celui qu’on a invité à venir faire du tourisme, en lui offrant des compagnies aériennes à bas prix, des aéroports qui l’accueillent, des hôtels qui l’appellent, des campagnes promotionnelles qui l’interpellent, est-il à blâmer?

L’hôte qui accueille le touriste, est-il l’artisan de sa propre perte?

Parce qu’il faut en parler, Open Jaw Québec vous invite à écouter l’entrevue réalisée sur les ondes du 98,5 sur le sujet. Voici le lien.

« Écoutez aussi l’expert en tourisme à l’UQAM, Paul Arseneault, souligner qu’au Québec, les autorités locales peuvent contrôler le tourisme en limitant les constructions hôtelières et la capacité aérienne et mentionne les défis similaires à Venise, Dubrovnik, Barcelone, de même que dans le Vieux-Québec et dans le Vieux-Montréal » présente la chaîne radiophonique.

Capture d’écran 98,5
Article précédentLe site internet de Voyage Vasco se dote d’une section Hôtels
Prochain articleRoyal Caribbean annule une croisière à cause du conflit en mer Rouge
Détentrice d’un baccalauréat en journalisme de l’Université Laval, Isabelle débute sa carrière de journaliste en voyage en 1995. Ses articles et reportages ont voyagé dans les magazines L’agent de voyages, Voyager et Tourisme Plus, Atmosphère d’Air Transat et le Journal Le Devoir, entre autres. Elle est co-autrice de quatre guides chez Rudel Médias (25 destinations soleil pour les vacances) et aux Éditions Ulysse (Voyager avec des enfants, Fabuleux Alaska/Yukon, Longs séjours à l’étranger). Depuis 2006 aussi, elle présente des conférences devant public.