L’IATA condamne le retour des tests aléatoires dans les aéroports canadiens

257
Tests aéroports canadiens

L’Association du transport aérien international (IATA) demande au gouvernement canadien de « mettre fin de toute urgence » aux restrictions de voyage actuelles liées à la COVID-19, les qualifiant de « décalées » par rapport aux tendances mondiales et à celles mises en place par d’autres pays.

Selon l’association, qui regroupe quelque 290 transporteurs aériens dans le monde, ces restrictions sont en partie responsables des retards et des perturbations qui secouent l’industrie du voyage au Canada actuellement.

La déclaration de l’IATA survient peu de temps après qu’Ottawa a annoncé le retour des tests aléatoires dans les grands aéroports pour les voyageurs vaccinés.

Rappelons qu’à compter d’aujourd’hui, les passagers aériens sélectionnés au hasard dans l’un des quatre grands aéroports du pays devront subir un test de dépistage à l’extérieur des aérogares, soit en magasin ou en pharmacie et rapporter le résultat obtenu aux autorités sanitaires.

Si le résultat du test est positif, le voyageur devra s’isoler pendant 10 jours à partir de la date de réception du résultat, conformément aux exigences fédérales.

« Un recul inutile et inefficace »

L’IATA n’est pas la seule association à dénoncer les mesures maintenues par le gouvernement du Canada s’appliquant à l’industrie du voyage.

La Table ronde canadienne du voyage et du tourisme s’est aussi prononcée contre le retour des tests, se disant déçue par cette mesure.

Selon la Table ronde, il s’agit d’un « recul inutile et inefficace, qui continue de faire en sorte que le Canada n’est plus aligné sur ses partenaires internationaux et fait du transport aérien la seule activité économique au pays à faire l’objet de mesures sanitaires rigoureuses ».

Le Conseil national des lignes aériennes du Canada (CNAC) a également dénoncé les restrictions de voyage au Canada, les qualifiant d’excessives par rapport à celles imposées à d’autres industries.