Crise du passeport : «ça peut devenir une situation couverte par les compagnies d’assurance»

532
Jacob Charbonneau, cofondateur et président-directeur général de VER

Jacob Charbonneau, président directeur général de Vol En Retard, s’est prononcé ce matin sur la crise actuelle du passeport et les conséquences possibles de la situation.

En entrevue à Radio-Canada, il a d’abord été questionné sur la possibilité ou non, pour les voyageurs, d’avoir des recours pour éviter de perdre leur argent en raison de leur incapacité de voyager faute d’avoir obtenu un passeport valide à temps.

« C’est la responsabilité du voyageur d’avoir tous les documents requis et valides pour pouvoir voyager. Au niveau des recours, si le voyageur ne peut pas prendre son vol, c’est au niveau des assurances ou des protections des cartes de crédit que ça peut se régler. »

Le fait de ne pas avoir demandé l’annulation du vol à cause de l’impossibilité d’obtenir un passeport, pourrait-il être une situation acceptée pour l’obtention d’un remboursement?

« Ça pourrait, parce que, dans les faits, ce n’est pas la faute du voyageur » a répondu Monsieur Charbonneau.

« Il n’y a pas de lien direct entre le transporteur et le passeport. Donc si le voyageur ne peut pas voyager à cause d’un passeport manquant, la ligne aérienne ne peut pas être tenue responsable. C’est bien clair dans les termes et conditions que le passager doit s’assurer d’obtenir ses documents de voyage.

« Face aux compagnies d’assurances, l’impossibilité d’obtenir un passeport ne devrait pas être une raison pour obtenir une couverture. Par contre, présentement il y a une crise et donc la situation actuelle démontre que ce n’est pas seulement la faute du voyageur. Il manque des effectifs à Passeport Canada, les imprimantes ne fonctionnent pas, etc.

« Donc ça peut devenir une situation qui pourrait être couverte par les compagnies d’assurance.

« Pour l’instant, c’est du cas par cas. Le voyageur doit en discuter avec le transporteur avec qui il doit ou devait voyager. »

Pourquoi les choses ne bougent pas plus vite?

« Tout ça impact un faible pourcentage de voyageurs, répond Jacob Charbonneau. Il n’y a pas eu beaucoup de personnes qui n’ont pas pu voyager, ni même changer leur itinéraire, faute d’avoir obtenu à temps un passeport valide. »

Attendre d’avoir son passeport avant de réserver…

Questionné sur ce que les voyageurs devraient faire pour éviter cette triste situation, Monsieur Charbonneau a souligné que « le voyageur devrait s’assurer d’avoir les documents requis valides avant de faire l’achat d’un voyage. »

Un recours collectif est-il possible?

Selon les propos tenus durant l’entrevue, des avocats seraient déjà « sur le cas ». « Un recours collectif contre le gouvernement fédéral est quelque chose qui pourrait être envisageable. Évidemment, on doit prouver qu’il y a eu un préjudice chiffrable pour compenser les gens qui n’ont pas pu voyager faute de passeport. Mais oui, c’est tout à fait possible » a conclu le président directeur général.