Pénurie de conseillers : « les statistiques sont vraiment énormes » – Manon Martel

332

« On s’attend à ce que la pénurie de travailleurs et le manque de conseillers en voyage seront parmi les problèmes les plus importants dans notre secteur au cours des mois et des années à venir. »

La directrice générale du chapitre québécois de l’ACTA, Manon Martel, a abordé ce sujet de l’heure à l’occasion d’un webinaire qu’elle a présenté la semaine dernière et qui portait sur le nouveau programme de formation en français de l’ACTA.

Intitulé Les Essentiels du conseiller en voyage, ce programme est « adapté pour le Québec, pour les nouveaux conseillers en voyage et agents indépendants. C’est un programme professionnel de conseiller en voyage qui, nous l’espérons, deviendra le programme officiel de l’OPC et de toute l’industrie. »

C’est qu’il y a urgence. « Nous nous attendons à ce qu’il y ait encore plus de pénurie de main d’œuvre, dans les mois et même les années à venir, a soulevé Madame Martel.

Et la formation est perçue comme la solution.

« Selon Statistiques Canada, les conseillers en voyage sont le groupe professionnel le plus touché par la Covid. À mesure que la demande des voyages va reprendre chez les voyageurs, on devra attirer encore davantage de conseillers dans notre secteur. »

Des chiffres pas beaux à voir

L’ACTA a récolté quelques chiffres. Au Canada :

– dans toutes les industries confondues, la pénurie des travailleurs est inférieure à 1 %

Mais :

– dans l’industrie du tourisme, la pénurie est de 20 %

– dans l’industrie du loisir et du divertissement, la pénurie est de 20 %

– notre secteur, celui des services en voyage, la pénurie est de 32 %

« Ces statistiques sont vraiment énormes! » s’inquiète Manon Martel.

Aborder toutes les bases du voyage

L’ACTA défend à répétition que la formation est la solution. Si bien que l’association a créé le programme Essentiels du conseiller en voyage, conçu pour les nouveaux travailleurs qui font leur entrée dans notre industrie.

« Avant même le début de la pandémie, la pénurie de personnel était déjà identifiée comme un problème majeur pour les agences de voyage. L’ACTA a utilisé le temps de la pandémie pour affiner son programme de formation destiné précisément à ceux qui entrent dans notre industrie » souligne Madame Martel.

Cette formation couvre toutes les bases du métier : les opérations d’une agence, les voyages aériens, les transports terrestres, croisières, hébergements, forfaits, assurances, géographie, systèmes de réservation, billetterie, vente et marketing.

Madame Martel a spécifié qu’il n’y avait aucune condition préalable pour s’inscrire à ce programme de formation. « Mais on recommande toutefois une équivalence d’études de niveau secondaire » précise-t-elle.