ACTA : son point de vue sur le budget fédéral et ses nouveaux objectifs

392

« Même si le programme de relance du tourisme et de l’accueil était légalement autorisé à se prolonger jusqu’en juillet, dans le budget, il est clair que le gouvernement a décidé de ne pas utiliser son autorité pour prolonger les subventions. C’est très malheureux. »

La directrice générale du chapitre Québec de l’ACTA, Manon Martel, a tenu la barre d’un webinaire, présenté hier, portant sur le budget fédéral déposé la semaine passée.

Selon l’ACTA, ce budget fait mal à certains égards, plaçant notre industrie devant des décisions prises par le gouvernement qui mettent la table à des mois à venir encore difficiles.

« Notre secteur est dans une meilleure position aujourd’hui qu’il l’a été ces dernières semaines. D’après les réactions de nos agences de voyage, nos membres ont vu une augmentation rapide des nouvelles réservations. Et ça, ça ne s’était pas vu depuis le début de la pandémie. Et les agents indépendants sont extrêmement occupés.

« Mais comme on l’a dit au gouvernement, même si ces nouvelles sont positives, notre secteur sera parmi les derniers à se rétablir, et cela est causé par la structure du versement des commissions qui est place, où les commissions sont versées qu’après le retour des passagers de voyage. »

Passer de la pandémie à l’économie

Manon Martel a poursuivi : « Le gouvernement a passé brusquement du soutien financier lié à la pandémie à des politiques qui favorisent la croissance économique et l’abordabilité pour tous les Canadiens. »

C’est que la fin des subventions approche :

« Le budget prévoit que les subventions salariales et les subventions au loyer du programme de relance du tourisme et de l’accueil, vont prendre fin comme prévu le 7 mai, et qu’aucune aide financière va être accordée aux agents indépendants.

« Il est clair que le gouvernement fédéral cherche à réduire considérablement ses dépenses et à se rapprocher d’un budget équilibré. Et cela signifie clairement que tous les programmes d’aide financière temporaires vont être progressivement supprimés, malgré l’impact du variant Omicron et malgré la structure des revenus de notre secteur.

« À notre avis, le gouvernement a retiré le soutien aux agents indépendants et maintenant aux agences, beaucoup trop tôt. »

Les nouveaux objectifs de l’ACTA :

– réduire les charges réglementaires pour les agences de voyage

– favoriser un environnement où les agents pourront prospérer

– veiller à ce que les leçons tirées des deux dernières années soient prises en compte pour l’avenir, pour que l’industrie du voyage soit sécurisée en cas d’une autre crise future

– empêcher, de façon proactive, la réintroduction des restrictions de voyage en cas de nouvelle vague de Covid ou de nouveau variant

– lever progressivement toutes les restrictions de voyage qui sont toujours en vigueur

– s’attaquer à la crise du travail

– lancer très prochainement une campagne dans les médias sociaux visant à attirer de nouveaux conseillers en voyage dans notre industrie.

Article précédentJamaïque : fini le masque, terminé le test négatif
Prochain articlePouvez-Vous Changer Mon Siège?
Détentrice d’un baccalauréat en journalisme de l’Université Laval, Isabelle débute sa carrière de journaliste en voyage en 1995. Ses articles et reportages ont voyagé dans les magazines L’agent de voyages, Voyager et Tourisme Plus, Atmosphère d’Air Transat et le Journal Le Devoir, entre autres. Elle est co-autrice de quatre guides chez Rudel Médias (25 destinations soleil pour les vacances) et aux Éditions Ulysse (Voyager avec des enfants, Fabuleux Alaska/Yukon, Longs séjours à l’étranger). Depuis 2006 aussi, elle présente des conférences devant public.