Quatre façons uniques de découvrir le Japon cet automne

264
Japon

De la lune de la mi-automne en septembre jusqu’au début décembre, l’automne au Japon est synonyme de climat tempéré propice aux visites en plein air, de superbes spectacles naturels de feuilles d’automne et de champs de fleurs, et de festivals pour célébrer toutes ces couleurs.

L’Office du tourisme du Japon présente quatre façons uniques de découvrir la destination en automne.

COULEURS D’AUTOMNE — DANS LES ARBRES ET LES CHAMPS

Lorsque les feuilles changent de couleur à l’automne pour se parer de rouges, d’oranges et de jaunes vifs, les forêts et les parcs du Japon prennent une beauté éblouissante. Les couleurs d’automne, appelées koyo, commencent à paraître dans le nord en septembre, puis elles gagnent le sud du pays, pour atteindre leur apogée en novembre.

Des visiteurs de tout le Japon et du monde entier se lancent dans une momijigari (chasse aux feuilles rouges) pour admirer la beauté des érables, des ginkgos, des sorbiers et des mélèzes aux teintes changeantes. Les parcs nationaux proposent des promenades et des randonnées guidées pour observer les couleurs. Vous pouvez aussi opter pour une visite paisible dans un téléphérique comme celui de Shinhotaka, la seule télécabine à deux étages du pays. Des parcs urbains, tels que le jardin Rikugien de Tokyo, et des temples, dont le temple Kiyomizudera à Kyoto, permettent d’assister au spectacle de mère Nature en ville.

OTSUKIMI — OBSERVATION DE LA LUNE

La lune de la moisson est célébrée dans de nombreux pays d’Asie. Au Japon, la pratique culturelle consistant à contempler la lune de la mi-automne s’appelle otsukimi. Traditionnellement, ces célébrations avaient pour but de rendre grâce pour les bonnes récoltes et de faire des offrandes spéciales dans l’espoir qu’elles soient abondantes à l’avenir. Cette fête a lieu la quinzième nuit du huitième mois du calendrier lunaire (soit le 10 septembre, en 2022). Comme il est nécessaire d’avoir une vue sur la lune, certains châteaux et temples disposent même de plateformes prévues à cet effet. Les aliments associés à ce festival sont le tsukimi-dango (boulettes de riz moelleuses qui représentent la lune, la santé et le bonheur), et des fruits et légumes de saison comme l’edamame, les châtaignes et le potiron. Ceux qui visitent le Japon pendant la lune de la moisson peuvent participer aux célébrations dans des endroits tels que le temple Daikakuji à Kyoto, le château de Himeji (le « château du héron blanc ») à Hyogo, ou la Tokyo Skytree.

FÊTE DES RÉCOLTES

Même si otsukimi est la plus importante fête des récoltes au Japon, il existe de nombreuses autres façons de rendre grâce à la richesse naturelle et aux bienfaits de la nature, notamment en dégustant certaines des spécialités saisonnières ou en participant à des festivals dans tout le pays.

À cette saison, les menus peuvent être principalement composés de saveurs automnales. On retrouve une omniprésence de châtaignes, de patates douces, de raisins, de kakis et de matsutake (champignons du pin), tant dans les menus kaiseki à plusieurs plats que dans les délicates confiserieswagashi. Relevez vos manches et cueillez des kakis, des figues, des poires nashi et des mandarines japonaises à Fukuoka, ou encore faites un séjour de quelques nuits dans une ferme pour assister à la récolte d’automne au Japon.

De nombreuses traditions culturelles locales sont centrées sur l’importance d’une bonne récolte, et vous trouverez une foule de festivals régionaux pendant l’automne. Coïncidant avec otsukimi, la danse du tigre de Koina est un spectacle éclairé par la lune. Il raconte l’histoire d’un héros qui rencontre un tigre, parvient à le maîtriser et à le ramener vivant à la maison.

PARADIS DES ORNITHOLOGUES

Abritant de magnifiques espèces rares, le Japon est un paradis pour les ornithologues, avec 160 lieux qualifiés de « zones importantes pour la conservation des oiseaux et la biodiversité ». Le temps plus frais de l’automne annonce la migration annuelle d’un certain nombre d’oiseaux : un spectacle recherché tant par les observateurs occasionnels que par ceux qui ne voyagent jamais sans ses jumelles. À partir d’octobre, la ville d’Izumi est le lieu de migration de 10 000 grues arrivant de Sibérie. C’est la plus grande colonie du pays, et elle offre un spectacle de toute beauté chaque matin lorsque tous les oiseaux s’envolent ensemble à l’aube.

L’île de Tobishima est une autre terre de migration que visitent 300 espèces d’oiseaux au cours de leur voyage vers le sud pour l’hiver. Des oiseaux sauvages rares, tels que la fauvette des buissons japonais et le gobe-mouche bleu, y font escale entre la fin septembre et la fin octobre. Cependant, pour les cygnes sibériens qui se dirigent vers le sud, la destination finale est le lac Hyoko dans la préfecture de Niigata. D’octobre à mars, des milliers de cygnes tuberculés, de cygnes siffleurs et de cygnes chanteurs vivent dans l’habitat protégé du lac, où ils sont rejoints par d’autres oiseaux aquatiques en migration.